Vous êtes ici

Bottari Truck - Migrateurs

Bottari Truck - Migrateurs 2007 - 2009 © Kimsooja, Courtesy of MAC/VAL & Kimsooja Studio

Bottari Truck - Migrateurs 2007 - 2009. Duraclear dans un caisson lumineux 128 x 188,5 x 25,5 cm. Musée national de l'histoire et des cultures de l'immigration © Kimsooja, Courtesy of MAC/VAL & Kimsooja Studio


Collection du musée

Bottari Truck - Migrateurs, 2007-2009. Duraclear dans un caisson lumineux 128 x 188,5 x 25,5 cm

Née à Taegu (Corée) en 1957, elle vit et travaille entre New York et Paris.


Peintre, sculpteur, vidéaste, auteur de nombreuses installations, Kimsooja compose une œuvre directement inspirée par sa culture d’origine. L’artiste a puisé dans ses racines coréennes son matériau de prédilection, les bojagi, tissus traditionnels utilisés par les Coréens pour ranger ou transporter des objets personnels. Depuis les années 1980, cette Needle Woman femme-aiguille ») ne cesse de plier, déplier, coudre, transformer des étoffes, créant ainsi une œuvre d’une grande rigueur plastique. Ces tissus se transforment ainsi en bottari, ces baluchons qui évoquent l’idée de voyage, de déplacement, d’errance

En 1997, pour sa performance Cities on the Move, l’artiste parcourt 2 727 kilomètres à travers la Corée, dans un camion rempli de couvre-lits colorés. En 2007, en résidence au MAC/VAL, elle réalise la performance Bottari Truck-Migrateurs qui la conduit, sur un pick-up Peugeot, de Vitry à Paris, à l’église Saint-Bernard, en passant par les places emblématiques de la Bastille et de la République. Cette fois l’artiste façonne ses baluchons à partir de vêtements et de draps collectés, en France, auprès de l’association Emmaüs.

Dans l’image extraite de cette performance, Kimsooja, de dos, cadrée en plan américain, est reconnaissable à sa grande natte et à ses habits noirs qui contrastent fortement avec les sacs multicolores aux dessins bigarrés. Elle se déplace, silencieuse et hiératique, dans les rues de Paris, emportant avec elle ces bottari comme autant d’empreintes des lieux désertés. Métonymie de l’exil, Bottari Truck - Migrateurs évoque ces parcours individuels liés à la séparation mais aussi aux lueurs de l’ailleurs.  


Œuvre présentée dans l'exposition J'ai deux amours (16 novembre 2011 - 24 juin 2011)

Haut de page