Vous êtes ici

Le complexe industriel de Fos-sur-Mer

Photographies de Jacques Windenberger

  • Fos-sur‐Mer, construction de la “nelle” d’épaillage de l’usine sidérurgique Ugines-Acier, 07/06/1973 © Photo : Jacques Windenberger. Musée national de l’histoire et des cultures de l’immigration

  • Fos‐sur‐Mer, sur le chantier de l’usine sidérurgique SOLMER, 09/05/1972 © Photo : Jacques Windenberger. Musée national de l’histoire et des cultures de l’immigration

  • Fos‐sur‐Mer : meeting CGT sur le chantier de l’usine sidérurgique Solmer, 19/06/1973 © Photo : Jacques Windenberger. Musée national de l’histoire et des cultures de l’immigration

  • Fos-sur‐Mer : sur le chantier de la zone industrielle, pause déjeuner des travailleurs algériens de l’entreprise GTM, 06/04/1972 © Photo : Jacques Windenberger. Musée national de l’histoire et des cultures de l’immigration

  • Fos-sur-Mer : ouvriers turcs logés en Algeco, employés à la construction de la cité Jonquière, 17/11/1971 © Photo : Jacques Windenberger. Musée national de l’histoire et des cultures de l’immigration

  • Fos-sur-­Mer, ouvriers turcs logés en Algéco, employés à la construction de la cité Jonquière, 17/11/1971 © Photo : Jacques Windenberger. Musée national de l’histoire et des cultures de l’immigration

  • Fos‐sur‐Mer, dans une agence de travail temporaire, allée des Pins, 19/03/1973 © Photo : Jacques Windenberger. Musée national de l’histoire et des cultures de l’immigration

  • Fos-sur‐Mer, sur le chantier de l’usine sidérurgique Solmer, 14/11/1972 © Photo : Jacques Windenberger. Musée national de l’histoire et des cultures de l’immigration


Collection du musée

Jacques Windenberger est né à Bourg-en-Bresse en 1935. Il vit et travaille à Avignon


Jacques Windenberger est né en 1935 à Bourg-en-Bresse. Journaliste et reporter indépendant, son œuvre le rattache à la photographie documentaire. Son travail, débuté dans les années 60 témoigne de la vie quotidienne, du monde du travail et des conditions de vie et de travail des immigrés.

Dans les années 70, il a suivi le chantier du complexe industrialo-portuaire de Fos-sur-Mer avec la volonté de rendre compte des conditions de travail, mais aussi des conditions de vies très sommaires, des ouvriers du chantier parmi lesquels figuraient de nombreux immigrés.
Il les a donc photographié dans leur travail, mais aussi dans leur habitat. Il y travaillera pendant 3 ans (produisant plus de 10000 photos et une centaine d’entretiens).

En 2010, suite à la découverte de nombreux cas de cancer, il retourne à Fos-sur-Mer et retrouve des ouvriers qu’il avait interviewé dans les années 70. Il en fera un documentaire, Tumeurs et silences (2013, 78 min).


En savoir plus :

Haut de page