Vous êtes ici

Petit italien marchand de statuettes et platres

Le travail des enfants 

Petit italien, marchand ambulant

Toulouse. Petit italien marchand de statuettes et platres. Carte postale © Musée national de l'histoire et des cultures de l'immigration


Collection du musée

Carte postale. Papier, noir et blanc. 9/13cm. Datation : 1900-1914


À la fin du XIXe siècle, la législation française restreint et encadre le travail des enfants. Pourtant de jeunes Italiens occupent de petits métiers ambulants comme les vendeurs de statuettes ou les "petits cireurs napolitains", fréquemment évoqués à Marseille.

D’autres trouvent à s’employer dans l’industrie, dans les soieries pour les jeunes filles ou dans les verreries de la région lyonnaise et parisienne pour de jeunes garçons dès l’âge de 11 ans. Leurs conditions de recrutement, une véritable "traite", de travail et de vie dans des garnis suscitent une vive émotion en Italie. 1 600 à 1700 enfants italiens travaillent dans les verreries selon le rapport du marquis Paulucci di Calboli. Le premier secrétaire de l’ambassade d’Italie à Paris, y dénonce le recrutement des jeunes gens arrachés à leur famille par des agents peu scrupuleux (padroni).

L’action de l’État italien et des missionnaires catholiques met progressivement un terme à ces pratiques jugées scandaleuses.


Haut de page