Vous êtes ici

Psst… !

L'antisémitisme à travers la caricature de presse dans les années 1880

« L’affaire Dreyfus », Psst… !, 23 juillet 1898 © Musée national de l'histoire et des cultures de l'immigration

« L’affaire Dreyfus », Psst… !, 23 juillet 1898 © Musée national de l'histoire et des cultures de l'immigration


Collection du musée

"L’affaire Dreyfus", Psst… !, 23 juillet 1898. Imprimé, Inv. 2010.28.25. Don de Nicolas Demorrand
"La sémite prudente", Psst… !, 20 août 1898. Imprimé, Inv. 2010.28.29. Don de Nicolas Demorrand


En fonction du contexte politique et économique, la présence d’étrangers suscite des réactions de méfiance et de rejet. Les discours xénophobes se concentrent souvent sur deux dimensions : les capacités d’assimilation des étrangers et la concurrence avec les nationaux.

Durant les années 1880, le patriotisme républicain laisse la place à un nationalisme violemment antisémite. Nourri de stéréotypes anciens, il dénonce la fortune des juifs et les construit, en dépit de leur citoyenneté française, comme des hommes sans patrie, menaçants et "étrangers" à la nation.
L’affaire Dreyfus, qui divise la France de 1894 à 1906, radicalise ces arguments et nourrit les haines xénophobes. L’Allégorie de Forain dénonce ainsi les trois "ennemis" de la nation. D’abord Zola, "métèque" descendant d’Italiens, caché derrière un masque. Ensuite, Dreyfus, paré des stéréotypes physiques de l’antisémitisme. Derrière eux, apparaît la figure de l’ennemi extérieur, le soldat prussien, dont Dreyfus et Zola seraient à la fois les instruments et les alliés.


En savoir plus :

Haut de page