Tran Dung-Nghi

Née le 1963 au Sud Viêt-Nam, à Nha Trang

Tran Dung-Nghi, "On était les premiers boat-people" © Atelier du Bruit

Tran Dung-Nghi, "On était les premiers boat-people" © Atelier du Bruit

"On était les premiers boat-people"

"Ce jour là, le matin du 30 avril 1975 où j’ai quitté le Viêt-Nam avec ma famille, je me rappelle comme si c’était hier. Les Américains sont déjà partis. Depuis plusieurs jours, toute ma famille se désespère. Les communistes approchent. J’ai un peu plus de 12 ans. J’accompagne ma grand-mère, la mère de ma mère, faire des courses au marché, comme je le fais très souvent."

Le chapelet et la dernière lettre

D’ordinaire, Nghi garde toujours avec elle, dans son sac, le chapelet bouddhique que sa grand-mère lui avait transmis. Elle l’a déposé au Musée. Après son départ du Viêt-nam, à 12 ans, Nghi n’a jamais revu sa grand-mère, qu’elle chérissait, mais elles n’ont jamais cessé de s’écrire. La dernière lettre était postée des États-Unis.

 

Bonne année du coq !

En février 2005, Nghi est en famille à la pagode de Joinville-le-Pont, en banlieue parisienne, pour fêter le Nouvel an vietnamien.

Tran Dung-Nghi, "bonne année du coq !" © Atelier du Bruit