Vous êtes ici

La refonte de l'exposition permanente

Interview de Sébastien Gökalp, directeur du Musée national de l’histoire de l’immigration.

À l'approche de la fermeture du Musée le 6 décembre 2020, le directeur du Musée national de l'histoire de l'immigration et commissaire général de la refonte des galeries permanentes, revient sur les enjeux du futur parcours permanent qui ouvrira ses portes en janvier 2022.

Pourquoi avoir décidé de revoir complètement le parcours permanent ?

sebastien_gokalp.jpg

Sébastien Gökalp, © Anne Volery, Palais de la Porte Dorée.

Le parcours actuel a été imaginé à l’ouverture du Musée en 2007. Il privilégiait une approche thématique reprenant un parcours idéal d’intégration, à laquelle manquait la profondeur historique.

D’autant que ces dix dernières années ont été très riches en travaux de recherche sur les migrations. Il fallait les prendre en compte.

Le nouveau parcours s’articulera donc autour de douze dates clés depuis 1789, pour finir sur des questions contemporaines. Notre ambition est de contribuer à faire évoluer les regards sur l’immigration, à participer à la reconnaissance de cette histoire, à nourrir la réflexion aussi.

Ce parcours s’appuie sur le rapport de préfiguration du comité scientifique présidé par l’historien Patrick Boucheron. Un large panel de scientifiques y ont contribué dont le démographe et sociologue François Héran qui est aujourd’hui le nouveau président du Conseil d’orientation de l’Établissement.

Comment conjuguer, concrètement, la rigueur historique et l’ambition de parler au plus grand nombre ?

Pour aider les visiteurs à comprendre les enjeux d’aujourd’hui, nous avons souhaité un parcours où il nous sera facile d’ajouter des focus thématiques, en fonction de l’actualité. Les œuvres seront régulièrement changées.

Enfin, les dispositifs pédagogiques et audiovisuels occuperont une place de choix.

Que devient la Galerie des dons ?

Ces objets donnés par des immigrés ou par leurs proches ainsi que leurs témoignages ont toujours toute leur place au Musée. Simplement, au lieu d’être présentés dans un espace à part, ils seront intégrés à l’exposition permanente, mêlés à des documents d’histoire et des œuvres d’artistes contemporains.

Les uns éclaireront les autres.

 

Entretien réalisé en juillet 2020.

En savoir plus sur les travaux.

Haut de page