Intégration sociale et économique / discrimination

Marie ou l’esclavage aux Etats-Unis

Publié le : 07/11/2014
couverture de l'ouvrage

Gustave de Beaumont, Aux Forges de Vulcain, 2014

Gustave de Beaumont séjourna en Amérique en 1831-1832 en compagnie d’Alexis de Tocqueville. Voyage d’études, s’il en est, puisque ce dernier accoucha de son célébrissime De la démocratie en Amérique, et le premier d’un Marie ou l’esclavage aux Etats-Unis publié en 1835.  

Dire non

Publié le : 26/05/2014
couverture de l'ouvrage

Edwy Plenel, édition Don Quichotte, 2014

Le récent rapport de la Commission nationale consultative des droits de l’Homme dénonce la résurgence d’un racisme "brutal et biologisant". Dans son dernier livre, Edwy Plenel évoque justement ces "monstres" qui, en tant de crise, font leur miel du chaos, prospèrent sur les incertitudes, se nourrissent des peurs, attisent les haines pour "assassiner l’aube" et creuser des lendemains d’abime. 

Paroles de liberté

Publié le : 25/05/2014
couverture de l'ouvrage

Christiane Taubira, Flammarion 2014.

Christine Taubira a décidé de prendre la plume après avoir essuyé insultes et propos racistes, après notamment ces "Guenon, vient prendre ta banane" vomis par "une voix d’enfant", une enfant dont il est à craindre que "ses parents, parasitent encore longtemps l’innocence de son âge".

L’Odeur des planches

Publié le : 06/03/2014
Couverture de l'ouvrage

Samira Sedira, édition La brune au rouergue 2013

"Quand les lumières s’éteignent, que le rideau de fer se soulève dans un bruit d’orage et qu’apparaissent les premiers comédiens, je suis frappée de plein fouet par une odeur. Je la reconnais immédiatement. Un mélange subtil d’effluves de maquillage et de bois, l’odeur des planches. Cette odeur si particulière, si indissociable de ma vie d’autrefois, si chargée de souvenirs et d’émotions me fait monter les larmes aux yeux". 

La Marche. Les carnets d’une « marcheur »

Publié le : 24/02/2014
Couverture de l'ouvrage

Bouzid, Sindbad/Actes-Sud 2013

Actes Sud a eu la bonne idée de réimprimer le premier livre jamais écrit sur la Marche. L’occasion s’y prêtait. L’auteur, Bouzid Kara, en fut justement un des principaux acteurs. Ecrit "à chaud", ce témoignage se présente comme un document exceptionnel, tant par le texte que par les photos reproduites sur cet événement qui voulait "provoquer un déclic" dans une société où l’on canardait le basané à tire larigot ("48 meurtres en 18 mois") - et impunément. Une époque où le FN, moins sainte-nitouche qu’aujourd’hui, affichait : "2 millions de chômeurs = 2 millions d’immigrés".

La Marche pour l’Egalité. Une histoire dans l’Histoire

Publié le : 18/02/2014
Couverture de l'ouvrage

Toumi Djaidja, entretiens avec Adil Jazouli. Editions de l’Aube 2013

Dans la floraison d’ouvrages qui a accompagné le 30e anniversaire de la Marche pour l’égalité, s’il fallait commencer par un livre c’est sans doute par celui-ci. Non que Toumi Djaidja soit le propriétaire d’une initiative dont il fut à l’origine. Non plus parce qu’il porterait, lui, le miraculé des violences policières, devenu apôtre de la non-violence, la bonne parole. Non ! La Marche comme phénomène collectif, agrégat d’individualités et d’aspirations multiples, additionne autant de motivations et d’interprétations que de participants gravitant autour du noyau de marcheurs partis de Marseille. 

N’entre pas dans mon âme avec tes chaussures

Publié le : 13/01/2014

Paola Pigani, Liana Levi 2013

« L’idée de la guerre s’enfonce en eux, alourdit leurs pas. Ils sont français. Une identité qui prend la couleur et le poids de la honte. On les rassemble, on leur promet un hébergement pour mettre fin à leur soi-disant nomadisme qui doit être éradiqué comme une maladie honteuse. Ils sont devenus une menace. A quels guerriers s’apparenter à présent, eux qui n’ont à défendre que le territoire du vent ? Pourtant des hommes sont déjà partis au front. Et plus tard ils seront réquisitionnés pour le STO. En cela, on sait les reconnaître français, oubliant leur race à part. Ils ont toujours avancé sur cette terre pour vivre délestés de ces devoirs étrangers : s’établir sur une terre, la faire fructifier, bâtir, posséder, s’enraciner, appartenir à un village, un pays. Pourquoi retourner ainsi leur destin, écraser leur différence si vivace ? ».  

Dans le silence du vent

Publié le : 10/01/2014
Couverture de l'ouvrage

Louise Erdrich, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Isabelle Reinharez, Albin Michel 2013 

Amérindienne par sa mère Ojibwa (famille des Chippewa) et germano-américaine par son père, la romancière et poète Karen Louise Erdrich est née en 1954 dans le Minnesota. Dans le silence du vent est son neuvième roman traduit en français (tous chez Albin Michel). Louise Erdrich fait ici la démonstration d’une puissance littéraire impressionnante. 

L’invention de nos vies

Publié le : 20/12/2013
Couverture de l'ouvrage

Karine Tuil, Grasset, 2013

Samir Tahar brillantissime étudiant en droit, disposant d’un CV exceptionnel, hors pair, se voit blackboulé de tous les cabinets d’avocats où il postule. Fatigué des refus, la "rage" au ventre, il décide de prendre quelques libertés avec ses origines et une identité, réelle ou supposée, un petit arrangement sans (trop) de conséquences a priori

Georgia

Publié le : 16/12/2013
couverture de l'ouvrage

Julien Delmaire, Grasset 2013

Ce premier roman de Julien Delmaire, slameur, poète et chroniqueur pour l’Institut français et la revue Cultures Sud, raconte l’amour tragique de deux maudits, deux réprouvés, deux marginaux ; un amour à sens unique et sans issue, sur fond de sexe, d’alcool et de drogue.