Arrivée d'immigrants polonais en gare d'Oignies (Pas-de-Calais)

Arrivée d'immigrants polonais en gare d'Oignies (Pas-de-Calais) pour travailler dans les mines d'Ostricourt, vers 1920 © Albert Harlingue/Roger-Viollet

À l’issue de la Grande Guerre, tandis que la Pologne renaît en tant qu’Etat indépendant, la France compte ses morts, ses blessés, ses terres dévastées et ses mines hors d’usage à l’issue des combats. D’où l’appel à des bras étrangers. Les gouvernements des deux pays signent, le 3 septembre 1919, une convention d’immigration qui prévoit un recrutement collectif, des contrats de travail et l’égalité des salaires avec la main-d’œuvre française. Ainsi des trains et des bateaux vont-ils amener, semaine après semaine, des familles issues des campagnes surpeuplées du nouvel espace polonais. Se joignent à eux des compatriotes ayant transité par le bassin de la Ruhr où ils ont appris le métier de mineur.

Catégories

Mots-clés

Période historique

Collections du musée

Commentaires

Publier un nouveau commentaire