Vous êtes ici

Reconstruire la nation. Les réfugiés arméniens au Proche-Orient et en France. 1917-1945

Mardi 16 octobre 2007 - 00h00 - Vendredi 11 janvier 2008 - 01h00

 

Atelier de couture à l’orphelinat Kébélian, Beyrouth, 1929. © Photo Abel, Coll. Bnu

Atelier de couture à l’orphelinat Kébélian, Beyrouth, 1929. © Photo Abel, Coll. Bnu

Présentation

Reconstruire la nation. Les réfugiés arméniens
Cette exposition retraçant les diasporas arméniennes du début du siècle a été conçu en deux temps. Une première exposition intitulée Les Arméniens (1917-1939). La quête d’un refuge au Proche-Orient a d’abord été conçue par Raymond Kévorkian, Lévon Nordiguian et Vahé Tachjian. Coproduite par l’Université Saint-Joseph de Beyrouth (département d’histoire et bibliothèque orientale) et la bibliothèque Nubar de l’Union générale arménienne de bienfaisance (Paris), elle a été présentée à Beyrouth en mai 2006. Un second volet intitulé Se reconstruire en exil. L’arrivée des réfugiés arméniens en France a ensuite été réalisé, sous l’autorité scientifique de Raymond Kévorkian, par le Centre du Patrimoine Arménien à Valence, en partenariat avec la Cité. Ce second volet a été présenté à Valence du 2 mars au 29 avril 2007 En savoir plus.

L'exposition

Quartier nord au camp de Mar Mkhayel à Beyrouth, 1924. © Coll. Bibliothèque Orientale-USJ.

Quartier nord au camp de Mar Mkhayel à Beyrouth, 1924. © Coll. Bibliothèque Orientale-USJ.

Mêlant textes, cartes et une importante documentation iconographique, cette exposition revient sur les diasporas arméniennes du début du siècle.

S’intéressant surtout aux communautés arméniennes installées au Proche-Orient (particulièrement au Liban et en Syrie) et en France, cette exposition, réalisée entre Beyrouth et Paris, revient sur les processus d’adaptation aux sociétés d’accueil des différentes vagues migratoires arméniennes. Si dans un premier temps l’immigration, particulièrement difficile pour des populations regroupées dans des camps de réfugiés, était vécue comme une étape transitoire, après la Seconde Guerre mondiale les Arméniens prennent conscience du caractère définitif de la diaspora. Ils veillent alors à assurer la pérennité de la langue et de la culture arménienne en constituant des partis politiques, des églises, des associations, des établissements scolaires spécifiques, etc. Parallèlement, ils ont en même temps réussi à s’enraciner dans les pays où ils se sont installés en en devenant des citoyens à part entière, actifs dans différents secteurs d’activités.

C’est ce double mouvement de sauvegarde d’une spécificité culturelle et d’intégration dans les sociétés d’accueil ainsi que la complexité de l’identité de cette diaspora que l’exposition souhaite mettre en lumière.

Quartier nord au camp de Mar Mkhayel à Beyrouth, 1924. © Coll. Bibliothèque Orientale-USJ

Quartier nord au camp de Mar Mkhayel à Beyrouth, 1924. © Coll. Bibliothèque Orientale-USJ

L'arrivée des arméniens en France

L’arrivée massive de réfugiés arméniens en France, dès 1922, est étroitement liée aux bouleversements géopolitiques survenus au Proche-Orient, notamment à l’évacuation de Smyrne, en septembre 1922, et l’entrée des Turcs kémalistes en Cilicie, après le retrait de la France.

Environ 58 000 réfugiés arméniens débarquent dans le port de Marseille entre 1922 et 1924. Beaucoup vont s’établir dans des camps de fortune, comme les camps Oddo, Saint-Jérôme, Les Mille, etc., avant d’aller, pour une partie d’entre eux, tenter leur chance dans la vallée du Rhône et jusqu’à Paris.

L’insertion socio-économique de ces réfugiés va passer par la création d’organisations à vocation humanitaire, éducative, culturelle, sportive et, surtout, d’associations "compatriotiques". Ces dernières jouent un rôle capital grâce à l’entraide qu’elles organisent. Elles lancent également des collectes de fonds destinées à la construction des écoles et des églises arméniennes. La presse et l’édition servent enfin de lien entre tous ces déracinés qui vont progressivement trouver leur place dans la société française. Dans les années 1930-1940, nombre de ces réfugiés s’insèrent dans en France en pratiquant des métiers emblématiques, comme cordonniers ou tailleurs.

Mais c’est véritablement la Deuxième Guerre mondiale qui fait de ces réfugiés arméniens des citoyens français : leur engagement dans la résistance et la nouvelle donne politique engendrent une "naturalisation" massive de ces anciens réfugiés.

Les diasporas arméniennes

Réfugiés arméniens en provenance de Damas, établis à Beyrouth en 1925. © Photo Antoine Poidebard. Coll. Bibliothèque Orientale-USJ

Réfugiés arméniens en provenance de Damas, établis à Beyrouth en 1925. © Photo Antoine Poidebard. Coll. Bibliothèque Orientale-USJ

L’intégration des Arméniens dans leurs patries d’adoption, en France et au Proche-Orient, est passée par plusieurs étapes, parfois douloureuses, dont la mémoire tend à s’estomper. Avant de devenir citoyens français, libanais ou syriens, ils ont vécu l’expérience de tout réfugié déraciné, en quête d’un pays d’accueil, où ils pourraient trouver l’environnement propice à une reconstruction. Les bouleversements géopolitiques consécutifs à la Première Guerre mondiale ont redessiné la carte du Proche-Orient et offert aux réfugiés arméniens l’espace nécessaire au redémarrage d’une vie collective.

Après l’anéantissement de 1915, les Arméniens ont eu la ferme volonté de reconstruire la nation, comme pour démontrer que le plan génocidaire conçu par le régime Jeunes-turcs, aussi systématique soit-il, n’était pas parvenu à les détruire totalement. D’immenses efforts ont été déployés par les instances arméniennes, ainsi que par quelques organisations caritatives internationales, pour récupérer femmes et enfants dispersés dans tout le Proche-Orient et les réhabiliter. De vastes programmes de construction de quartiers urbains ou d’implantations rurales ont été menés par les agences pour les réfugiés de la Société des Nations, l’administration mandataire française et des organisations « compatriotiques » arméniennes, soutenues par l’Union Générale Arménienne de Bienfaisance. Ils ont permis l’évacuation progressive des camps, aux conditions de vie catastrophiques, vers des habitats plus décents. Des refuges, des orphelinats, des écoles, des églises ont été installés, parfois sous des tentes ou dans des baraques en bois, avant d’être édifiés en dur. La période de l’entre-deux-guerres a été pour les réfugiés arméniens comme un vaste chantier contribuant à la restauration de leur vie collective et à la construction d'un destin commun avec leurs pays d’accueil.

Autour de l'exposition

Ouvrages publiés a l’occasion de l’exposition

- Les Arméniens 1917-1939. La quête d'un refuge. RMN éditions : 22 x 28 cm, broché, 350 pages, prix : 45 € environ. ISBN : 978-2-7118-5352-6
Catalogue sous la direction de Raymond KEVORKIAN, Lévon NORDIGUIAN et Vahé TACHJIAN.

- La revue Hommes & Migrations, éditée par la Cité Nationale de l'Histoire de l'Immigration, a consacré son premier dossier de l'année à la diaspora arménienne. Ce dossier couvre plusieurs périodes historiques en parcourant des générations successives d’Arméniens et compare différentes aires géographiques : la France (avec des articles sur Paris, Marseille et la région Rhône-Alpes), mais aussi Thessalonique, Montréal, Los Angeles, Buenos Aires et Moscou en soulignant la diversité des dynamiques et les différentes évolutions des diasporas selon les territoires où elles s’implantent.
Martine Hovanessian (anthropologue et chercheur au CNRS-Urmis) a mobilisé l’ensemble des sciences humaines pour réaliser ce vaste panorama de la diaspora arménienne à travers le monde.
Le sommaire de ce numéro est disponible sur le site de la revue

Lire en fête

Vendredi 19 octobre à 16h00 - rencontre avec Vartan BERBERIAN, auteur du Figuier de mon père En savoir plus

Conférences

  • Vendredi 9 novembre à 16h : conférence-débat avec Martine HOVANESSIAN « Diaspora arménienne et constructions d’un imaginaire national» et Krikor Beledian, « Diaspora arménienne et littérature»
  • Samedi 17 novembre à 17h00 : conférence-débat avec Raymond H. KEVORKIAN « Les réfugiés arméniens en quête d’un refuge » (en savoir plus )
  • Samedi 8 décembre à 17h00 : conférence-débat avec Sossie ANDEZIAN « Les réfugiés arméniens en Palestine à l’époque du mandat britannique»(en savoir plus)

Table ronde

Samedi 1er décembre à 17 h– Table ronde animée par Inessa DARBINIAN « Projets de la jeunesse arménienne en France »

En savoir plus

Télécharger le dossier d'information (août 2007 - 9,3 Mo)

Télécharger la bibliographie (octobre 2007 - 252 Ko)

Contact

Laure Barbizet-Namer

Tout l'agenda

Par date

L
M
M
J
V
S
D
Haut de page