Vous êtes ici

Enracinement et intégration des Italiens dans le Sud-Ouest

"L’intégration des Italiens dans le Sud-Ouest", Hommes & Migrations, n°1176, mai 1994

Hommes et Migrations n°1176

Collection numérique

Donateur/prêteur : Collection de la médiathèque Abdelmalek Sayad


Provenant de la plaine du Pô, fleuve qui occupe tout le nord de la Péninsule, attirés par la disponibilité de terres agricoles, les Italiens ont investi les régions françaises du Sud-Ouest (Lot-et-Garonne, Haute-Garonne et Gers) entre 1920 et 1960.

Le Sud-Ouest n’avait jamais eu une tradition d’accueil des Italiens, ceux-ci avaient en effet surtout émigré dans les régions frontalières, dans le Nord et en région parisienne, cependant, le flux migratoire vers la Gascogne s’est intégré aisément dans le tissu social et économique local.
Les immigrés italiens y ont importé leurs savoir-faire et initié les paysans aux techniques de l’irrigation et de l’emploi systématique de l’engrais. Grâce, ou à cause de la présence italienne dans la région, la pratique de la culture intensive a ainsi supplanté la technique de la jachère.
Les terres, désertées par la population locale, ont été acquises par les Italiens qui se sont enracinés dans le terroir sans qu’il y ait eu des véritables phénomènes de rejet.
En effet, l’appartenance commune à une culture paysanne axée sur l’entraide au moment des travaux agricoles, sur le partage et l’apprentissage des savoir-faires techniques, et sur certaines similitudes culinaires (le "millas" cousin de la polenta en est un exemple) ont été des très forts facteurs d’assimilation.

A partir de plusieurs publications sur la "colonisation" du Sud-Ouest par les Italiens, l’article de Dominique Saint-Jean met en évidence comment l’identité locale et le rapport à la terre des cultures paysannes prédominent sur l’identité nationale et ont, dans le cas des Italiens, favorisé leur intégration dans le territoire.


Dominique Saint-Jean, "L’intégration des Italiens dans le Sud-Ouest", Hommes & Migrations, 1176, mai 1994, pp. 22-28.
Retrouvez l'intégralité de l'article sur le site de Persée

En savoir plus :

Haut de page