Le cinéma des noirs américains entre intégration et contestation

Dubois Régis, Paris, ƒditions Cerf-Corlet, septembre 2005, 287 p.
Le cinéma des Noirs américains, longtemps ignoré des historiens et des critiques n'est pas né dans les années 80 avec les succès de Spike Lee, mais dès le début du siècle pour répondre aux images humiliantes et racistes des films produits par la majorité blanche dont le tristement célèbre Naissance d'une nation de D.W. Griffith. Cette étude de l'histoire esthétique et politique du cinéma afro-américain retrace les trois époques au cours desquelles émergea un cinéma d'identité noire.
Le cinéma des Noirs américains, longtemps ignoré des historiens et des critiques n'est pas né dans les années 80 avec les succès de Spike Lee, mais dès le début du siècle pour répondre aux images humiliantes et racistes des films produits par la majorité blanche dont le tristement célèbre Naissance d'une nation de D.W. Griffith. Cette étude de l'histoire esthétique et politique du cinéma afro-américain retrace les trois époques au cours desquelles émergea un cinéma d'identité noire : les races movies (1912-1948), films indépendants destinés au public noir et entièrement interprétés par des acteurs afro-américains, mais rarement réalisés par des Noirs, demeurant dans l'ensemble proche de la production dominante, et véhiculant souvent un message "assimilationniste" ; la blaxploitation (1969-1975) regroupant tous les films noirs à petits budgets empruntant au genre film d'action ou film d'horreur qui célèbrent la négritude et surtout dénoncent violemment un système qui stigmatise le racisme ; enfin le nouveau cinéma africain-américain avec Spike Lee et les grandes tendances du cinéma noir contemporain.