Vous êtes ici

Le massacre des Italiens. Aigues-Mortes, 17 août 1893

avec Gérard Noiriel, historien, directeur d’études à l’EHESS, animée par Marianne Amar, responsable de la recherche à la Cité et avec la participation au débat de José Cubero, historien.

Jeudi 4 février 2010 - 19h30

Le 17 août 1893, dans les marais salants d’Aigues-Mortes - où la récolte du sel et les vendanges rassemblaient plusieurs milliers de travailleurs saisonniers - s’est déroulé le plus sanglant « pogrom » de l’histoire française contemporaine, faisant une centaine de victimes (morts ou blessés) parmi les ouvriers italiens. En dépit des preuves accablantes réunies contre eux, tous les assassins seront acquittés. Ce massacre et ce déni de justice vont placer la France au ban des nations européennes et à deux doigts d’une guerre avec l’Italie. Finalement, afin de préserver la paix, les deux gouvernements choisiront d’enterrer l’affaire. En mobilisant les outils forgés par la socio-histoire, en exploitant les archives du procès, conservées à Angoulême, Gérard Noiriel revient sur ce drame pour comprendre les raisons d’agir des acteurs du massacre et mettre en lumière le rôle des élites dans la construction de l’innocence nationale. Il analyse les facteurs qui ont conduit à l’occultation de ce pogrom dans la mémoire collective et s’interroge sur la place qu’occupe aujourd’hui l’affaire d’Aigues-Mortes dans la mémoire antiraciste.

 

Le massacre des Italiens. Aigues-Mortes, 17 août 1893


Écouter (1h46)
Podcast

 

Haut de page