Vous êtes ici

L’immigration maghrébine en France

Histoire et mémoire, religion et identité

Jeudi 19 janvier 2017 - 19h00

Débat entre Ahsène Zehraoui et Benjamin Stora

Affiche du debat du 19 janvier.jpg

L’immigration maghrébine en France en dépit de son ancienneté continue d’interroger, de préoccuper et de susciter au sein d’une partie de la classe politique et parmi l’opinion publique inquiétude et rejet.
Les tragiques attentats qui ont endeuillé la France par des jeunes franco-maghrébins, le départ pour le djihad vers l’Irak et la Syrie, l’adhésion au fondamentalisme islamique de garçons et de filles, en particulier des "cités sensibles", sur fond d’inquiétudes parfois légitimes, sont venus accentuer les représentations sociales négatives sur les immigrés maghrébins et leurs descendants.

Pourtant, peut on confondre une minorité d’extrémistes religieux avec une population estimée aujourd’hui à environ 3,6 millions de personnes, selon l'Insee ? C’est autour de cette question, que Ahsène Zehraoui, qui fût l’un des premiers en France à produire des travaux de sociologie sur cette immigration dans les années 1970,  prononcera sa conférence. Il dialoguera avec Benjamin Stora, président du Conseil d’orientation du Musée de l’immigration. Entre intégration et discriminations, ouverture et repli sur soi, aucune question fondamentale ne sera évitée par les deux conférenciers.

Ahsène Zehraoui, sociologue-chercheur, spécialiste de l’immigration, de l’intégration, des discriminations et de la diversité. Il est, entre autres, le cofondateur du premier observatoire de la lutte contre les discriminations, le GELD, et du LISE (CNRS/CNAM). Ses travaux conduits dans le cadre du CNRS, font de lui, un spécialiste connu et reconnu dans son domaine.
Benjamin Stora, historien et professeur des universités, a soutenu en 1991 sa thèse d’Etat sur l’histoire politique de l’immigration algérienne en France.

Ecouter la conférence :

 

Haut de page