Vous êtes ici

Qu’est ce que l’immigration choisie ?

Une immigration choisie pour une intégration réussie, Georges Wolinski © Musée national de l'histoire et des cultures de l'immigration

Une immigration choisie pour une intégration réussie, Georges Wolinski © Musée national de l'histoire et des cultures de l'immigration

Choisir "ses" immigrés pour le pays d’accueil consiste à privilégier les travailleurs, qualifiés et ceux susceptibles d’être les plus utiles à l’économie nationale. L’immigration "choisie" est opposée à une immigration "subie" ou, pour reprendre le mot des associations opposées à cette politique, à une immigration "jetable". Cette dernière est constituée d’hommes et de femmes qui entrent en France pour des raisons familiales ou comme demandeurs d’asile, celles et ceux qui seraient soupçonnés de bénéficier du système social ou qui ne représenteraient pas ou peu d’intérêt économique et professionnel.

Des entrées sur le territoire plus difficiles

Cette politique vise à durcir les conditions d’entrée de l’immigration "subie". Elle a été annoncée par le Premier ministre, Dominique de Villepin, le 8 juin 2005 dans sa Déclaration de politique générale et mise en œuvre par Nicolas Sarkozy comme ministre de l’Intérieur en mai 2006 (loi CESEDA, loi sur le code d’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile) et poursuivie en novembre 2007 avec la loi sur l’immigration et l’intégration.
La loi CESEDA durcit les conditions du regroupement familial (un immigré installé en France, devra attendre 19 mois -contre 12 auparavant- pour demander à faire venir sa famille). Elle renforce le contrôle des mariages mixtes, conditionne l’obtention d’une carte de séjour "salarié" à l’existence d’un contrat de travail et à l’obtention préalable d’un visa long séjour, elle annule le principe de la régularisation systématique après dix ans de présence sur le territoire, elle conditionne l’entrée en France à de nombreuses conditions, dont la maîtrise de la langue française et la signature d’un contrat d’intégration...

Favoriser l’immigration de travail

Pour favoriser "l’immigration choisie", l’immigration de travail, officiellement suspendue depuis 1974, devient possible pour certains secteurs de l’économie. Une liste de métiers ouverts aux étrangers non européens a été établie. Constituée de 30 à l’origine, elle a été ramenée à 14 métiers, excluant notamment les métiers de l’informatique et du BTP. Cette liste s’ajoute à celles existantes entre la France et des pays signataires d’accords de gestion des flux migratoires comme la Tunisie, le Sénégal, le Congo, le Bénin ou l’Ile Maurice.

De plus, pour attirer l’élite de l’immigration internationale, la France propose depuis 2007, une carte de séjour "compétence et talent" destinée à attirer les immigrés qualifiés dont "le talent constitue un atout pour le développement et le rayonnement de la France".

Mustapha Harzoune, 2012 

Histoire de l'immigration

Voir aussi sur notre site :

Ressources bibliographiques pour aller plus loin :

  • Costa-Lascoux Jacqueline, Quels étrangers la France accueille-t-elle ?, Hommes & migrations, mai-juin 2006, n° 1261, pp. 10-20 (disponible en ligne)
  • Héran François, Le temps des immigrés : essai sur le destin de la population française, Paris : Seuil, 2007, 109 p.
  • Immigration choisie, Précarisation subie, Ecarts d’identité, 2006, n° 109, 107 p. (sommaire en ligne)
  • Limiter l’immigration subie…promouvoir l’immigration choisie, La vie publique, la Documentation française, Dossier mis à jour le 26 mars 2007 (disponible en ligne)
Haut de page