Sylvain Prudhomme, lauréat du Prix littéraire de la Porte Dorée 2015

La 6e édition du Prix littéraire de la Porte Dorée récompense "Les grands" de Sylvain Prudhomme, (L’Arbalète/Gallimard).

Le Prix littéraire de la Porte Dorée récompense un roman ou un récit écrit en français traitant du thème de l’exil. Il est doté de 4 000 euros grâce au mécénat de la Fondation EDF.

Couverture Les grands - Sylvain Prudhomme - Prix 2015

Les grands - Sylvain Prudhomme (L’Arbalète/Gallimard). Prix littéraire de la Porte Dorée 2015.

Le jury était présidé cette année par Julien Delmaire, récompensé en 2014 pour son roman Georgia (Grasset), qui a déclaré: " Les Grands sont un enchantement littéraire qui réunit toutes les qualités d'un magnifique roman. Une intrigue qui navigue entre l'intime et le politique, une langue poétique et sobre, et surtout une attention exceptionnelle à la musique. Rarement il nous aura été offert d'entendre, à travers les mots, les dialogues, les descriptions, une telle musicalité. […] Ce roman est tout sauf un produit culturel de saison, c'est une oeuvre d'art qui mérite d'être lue sur la longue durée. "
De son côté, Sylvain Prudhomme, le lauréat 2015, a exprimé : "Ce prix m'honore et me touche. Je me reconnais dans le message qu'il porte: l'affirmation de la richesse d'un héritage venu pendant des siècles d'horizons variés. L’immigration, l’exil, je serais tenté de les voir comme des avant-postes de ce que l’existence humaine peut avoir à affronter de plus vertigineux et de plus fécond : l’inconfort, la confrontation quotidienne avec l’altérité, la nécessité chaque jour renouvelée de l’adaptation, de l’audace, de la débrouillardise, de l’imagination, de l’humour. Destins qui me paraissent toujours incroyables de richesse, d’expérience de la vie, si ce mot veut dire quelque chose. Qu'on place Les Grands sous ce signe éminemment politique, j'en suis heureux."

Le lauréat : Sylvain Prudhomme

Sylvain Prudhomme

Sylvain Prudhomme. Photo : Denis Rouvre.

Né en 1979, Sylvain Prudhomme a passé son enfance à l’étranger (Cameroun, Burundi, Niger, Ile Maurice) avant de venir étudier les lettres à Paris, puis de diriger de 2009 à 2012 l’Alliance franco-sénégalaise de Ziguinchor, au Sénégal.
Il est l'auteur de cinq romans, dont les trois derniers ont pour décor différents pays de l’Afrique d’aujourd’hui : la Tanzanie dans Tanganyika Project (Léo Scheer, 2010), l’Algérie dans Là, avait dit Bahi (éd. L’Arbalète/Gallimard, 2012), la Guinée-Bissau dans Les grands (éd. L’Arbalète/Gallimard, 2014), inspiré de l’histoire d’un groupe de musique africaine célèbre des années 1970, le Super Mama Djombo. Il a également traduit l’essai Décoloniser l’esprit, de l’écrivain kenyan Ngugi wa Thiong’o (La Fabrique, 2011). Il vit aujourd’hui à Arles. Les Grands, Sylvain Prudhomme (L’Arbalète/Gallimard).

Le roman primé : Les Grands

« I muri. » C’est par ces mots que commence le roman. « Elle est morte », elle, c’est Dulce, la chanteuse du Super Mama Djombo, que « tout un peuple appelait encore aujourd’hui par son prénom, comme une amie, une soeur ». Elle s’est mariée avec Gomes, l’homme fort actuel de la Guinée-Bissau, mais le veuf de Dulce, le vrai, c’est Couto, le guitariste du groupe, son ancien amant. Baladant ses souvenirs dans l’atmosphère fiévreuse d’un énième coup d’Etat, Couto déambule, ouvert aux rencontres. Et peu à peu la nouvelle enflamme la ville, comme le groupe enflammait les scènes du monde entier au milieu des années 1970. « Une success-story » qui a accompagné l’histoire du pays, de son indépendance aux soubresauts d’un pouvoir corrompu. Bien que la plupart des anciens vivent loin : « Frères dispersés. Galériens des grandes villes (…). Forçats d’une Europe qui voulait bien d’eux, mais comme soutiers, le contraire des rois qu’ils avaient rêvés d’être », un concert rendra hommage à Dulce le soir même. Ce roman de deuil est un hymne à la vie, à l’amour, à l’Afrique, sans une once d’exotisme de pacotille."

Elisabeth Lesne. Responsable du Prix littéraire de la Porte Dorée 

>> En savoir plus sur la sélection

Les membres du jury 2015

  • Président du jury, Julien Delmaire, lauréat 2014 pour Georgia, Grasset
  • Arlette Farge (historienne)
  • Michaël Ferrier (écrivain, lauréat 2011)
  • Mustapha Harzoune (critique littéraire, Hommes & Migrations)
  • Emmanuel Khérad (journaliste culturel, "La Librairie francophone", France Inter)
  • Valérie Marin La Meslée (critique littéraire Le Point)
  • Léonora Miano (écrivain, prix Femina 2013)
  • Véronique Ovaldé (écrivain)
  • Isabelle Quentin-Heuzé (Fondation EDF)
  • Sébastien Wespiser (libraire)
  • Un groupe d'étudiants de Paris-XIII, une première L du lycée Charlemagne (Paris 4), une seconde du lycée Elisa-Lemonnier (Paris 12), une seconde du lycée Paul-Valéry (Paris 12), une seconde du lycée Blaise-Cendrars (Sevran, 93) (2 voix)

>> En savoir plus sur le jury

Les précédents prix

Avec le soutien de la Fondation EDF Logo Fondation EDF