Quelle est la part des femmes dans l'immigration en France ?

Une tendance à un équilibre de la répartition entre hommes et femmes

Historiquement, l'immigration de travail était surtout celle d'hommes jeunes, que les employeurs allaient parfois chercher dans les pays d'origine pour leur force physique pour les employer par exemple dans les industries minières, la construction automobile, la sidérurgie ou les travaux publics. Les femmes étaient plus traditionnellement affectées à des emplois domestiques ou dans la confection. Si les femmes de l'immigration ont longtemps accompagné leur mari dans l'exil, à partir de la fin des années 1970, elles sont venues les rejoindre après des années de séparation.

Aujourd'hui, la répartition entre hommes et femmes est beaucoup plus équilibrée parmi les populations migrantes, même si cette proportion évolue selon les nationalités.

Des pourcentages différents selon les motifs d’immigration

 

Femmes dans le quartier de la Porte d'Aix à Marseille © Alain Nogues

Femmes dans le quartier de la Porte d'Aix à Marseille © Alain Nogues

Le nombre de femmes migrantes varie sensiblement selon les motifs d'immigration en France :

 

  • Les femmes représentent 35 % de la demande d'asile (en 2005), avec un chiffre en progression depuis 2001, où la demande féminine s'élevait à 30 %.
  • Parmi les travailleurs permanents, elles ne sont que 30 %.
  • La part des femmes parmi les étrangers entrant avec un visa pour études augmente sensiblement depuis 2002, pour atteindre la moitié des effectifs étudiants en 2005. Notons que la progression s’observe surtout chez les originaires du continent asiatique dont 56 % sont des étudiantes (74 % des étudiants de Corée, 72 % du Japon, 59 % de Chine).
  • Lorsqu'il s'agit de l'immigration pour motif familial, 55 % des conjoints rejoignant les résidents étrangers en France sont des femmes et la proportion atteint 84%, lorsque l'immigration se fait dans le cadre du regroupement familial proprement dit (la procédure d'introduction du conjoint ou des enfants mineurs répondant à des conditions de ressources et de logement) et 70% de ces membres de famille sont originaires du continent africain.
Sources : Haut Conseil à l’intégration, Rapport statistique 2005 de l’Observatoire statistique de l’immigration et de l’intégration, janvier 2007, www.hci.gouv.fr.