Image
Affiche exposition Mondes tsiganes 4x3
Expositions
Mondes tsiganes
La fabrique des images
Musée
Tout public
Du 13 mars au 26 août 2018
Expositions

Mondes tsiganes

La fabrique des images
Du 13 mars au 26 août 2018

Mondes tsiganes est une exposition en deux volets qui explorent le rapport de la photographie aux Roms, Manouches, Kalé-Gitans. Perçus comme des éternels errants, comme menaçants et suspects, intrigants et fascinants... de multiples représentations de ces communautés tsiganes traversent l'histoire du médium.

Une histoire photographique, 1860-1980

Image
Carte postale expo tsiganes
Gitanes du quartier de Sacromonte, Grenade, vers 1920-1930, cartes postales doubles, 10x14 © collection privée.

Ce premier volet de l'exposition révèle la fabrique des images et la création d'un sujet iconique. Les multiples usages de la photographie sont convoqués : ils montrent la construction des stéréotypes dont ces communautés ont souvent été les victimes et documentent des trajectoires et des histoires méconnues.

Photographier les Manouches, les Kalé et les Roms, ceux que les autres, les Gadjé, appellent les Romanichels, les Gitans et les Tsiganes, relève de l’évidence et de l’impossible. Leur présence capte depuis toujours l’attention des artistes et des reporters. À la croisée des routes et aux coins des rues, les photographes ont reproduit à l’infini les préjugés qui s’attachent à ces populations. Citoyens de France ou d’autres pays, ils restent sans cesse perçus comme étrangers.

Par la photographie, journalistes, savants et experts tentèrent de cerner l’identité réputée insaisissable de cette « nation errante ». Les politiques d’État inventèrent d’immenses fichiers d’images conçues pour fixer et contrôler ceux que personne ne voulait accueillir. Ces traces photographiques témoignent toutefois des effets douloureux d’une persécution, encore amplifiée durant les guerres mondiales.

Mais, avec le temps, d’autres regards s’attachent aux multiples trajectoires familiales et aux destins personnels. Loin des clichés et des stéréotypes réducteurs, les images reflètent une rencontre entre un photographe et son sujet. Elles laissent percevoir une autre histoire. Des sujets surgissent, saisis dans leur vie quotidienne, sur différents territoires. Les visages s’imposent au singulier sur les images de leur vie.

Cette exposition révèle la complexité et la variété des regards photographiques et montre la fabrique visuelle qui a contribué à forger l’image des Roms et des Gens du Voyage. Elle interroge ainsi nos sociétés dans leur capacité à vivre avec ceux qui incarnent un éternel ailleurs.

Fichier vidéo
Interview d'Ilsen About et Adèle Sutre, commissaires de l'exposition Mondes tsiganes. Montage : Anne Volery © Palais de la Porte Dorée, 2018

 

Les Gorgan, 1995-2015

Image
johny-et-vanessa-arles-1997.jpg
Johny et Vanessa, Arles, 1997 © Mathieu Pernot

Ce deuxième volet relate l'expérience du photographe Mathieu Pernot avec une famille rom menée dans la durée. Croisant ses photographies avec celles réalisées par la famille, l'auteur établit la singularité du destin de chaque individu au-delà de l'appartenance communautaire.

« J’ai rencontré la famille Gorgan en 1995, lorsque je faisais mes études à l’École nationale supérieure de la photographie d’Arles. Les parents, Johny et Ninaï, vivaient alors en caravane avec leurs sept enfants, sur un terrain situé entre la gare de fret et le Rhône. Je ne savais rien de cette communauté et ignorais alors que cette famille rom était installée en France depuis plus d’un siècle.

J’ai réalisé mes premières images en noir et blanc, m’inscrivant dans une tradition documentaire face à ceux qui m’étaient encore étrangers. Je maintenais une distance et essayais de comprendre ce que ce médium pouvait encore nous apprendre d’eux. (...)

Mon déménagement à Paris en 2001 m’a éloigné des Gorgan pendant plusieurs années. C’est en 2013, plus de dix ans après avoir réalisé ces photographies, que nous nous sommes retrouvés, comme si l’on s’était quitté la veille. L’évidence que cette histoire devait continuer le plus longtemps possible m’est immédiatement apparue. (...)

L’exposition reconstitue les destins individuels des membres de cette famille. Elle retrace l’histoire que nous avons construite ensemble. Face à face. Et désormais, côte à côte ».

Mathieu Pernot

Nous avons appris avec tristesse le décès de Johny Gorgan, des suites d'une longue maladie, le 30 aout 2018

Fichier vidéo

 

Commissariat général de l'exposition

Ilsen About : historien, chargé de recherche au CNRS et rattaché au Centre Georg-Simmel de l’École des hautes études en sciences sociales. Ses recherches actuelles portent sur l’histoire des politiques anti-tsiganes au XXe siècle et sur l’histoire des sociétés romani contemporaines en Europe.

Mathieu Pernot : diplômé de l’École nationale supérieure de la photographie à Arles en 1996, il rencontre des familles tsiganes, dont les Gorgan, avec lesquels il ne cessera de travailler par la suite. Au cours des années 2000, il développe différentes séries consacrées à l’enfermement, l’urbanisme et la question migratoire.

Adèle Sutre : professeure agrégée et docteure en géographie de l’École des hautes études en sciences sociales. Ses recherches s’articulent autour de la question de la spatialité des sociétés tsiganes, notamment à travers l’analyse des mobilités, des modalités d’ancrages territoriaux et des jeux autour des identités.

Les catalogues de l'exposition

Mondes tsiganes.Une histoire photographique, 1860-1980

Image
Couverture du catalogue Mondes Tsiganes

Co-édition du Musée national de l’histoire de l’immigration et des Editions Actes Sud, sous la direction d’Ilsen About, Mathieu Pernot et Adèle Sutre, mars 2018, ISBN : 978-2-330-09749-3, 29 € TTC  
Cet ouvrage questionne la rencontre de la photographie avec les mondes tsiganes. La fabrique des stéréotypes et d’un sujet iconique montre le rôle central du médium dans la construction d’une identité présentée comme différente et étrangère. Derrière l’exposé visuel de cette singularité rêvée et la réverbération des clichés, d’autres récits apparaissent. Guidé par les archives et la découverte de collections inédites, le fil des images compose des histoires au singulier. Au-delà des désignations, des Bohémiens aux Roms et Gens du Voyage, les familles traversent le cadre des images qui les enferment depuis toujours dans des vérités supposées. Sujet d’une fascination sans limite, le destin des personnes raconte une autre présence sociale et historique révélée par la photographie.
Télécharger le bon de commande

Les Gorgan, 1995-2015

Image
Couverture du catalogue Les Gorgan

Editions Xavier Barral, 232 pages, ISBN : 978-2-36511-120-1, 45€
Dans l’esprit d’un album photographique, cette monographie marque l’aboutissement de ce travail retraçant 20 ans d’histoire de cette famille et témoigne ainsi de la complexité de la culture tsigane à travers ce récit à plusieurs voix. Au fil des pages, se mêlent différents types de photographies du polaroïd au cliché N&B pris au Rolleiflex, des instantanés aux portraits posés, de joyeuses réunions aux moments plus douloureux liés à l’incarcération, à la mort qui sont livrés à nous sans filtre, tels qu’ils sont vécus. Prises par Mathieu Pernot ou les Gorgan eux-mêmes, ces photographies forment un ensemble sans hiérarchie aucune, ni distinction entre leurs auteurs, comme le souhaitait le photographe. Les Gorgan ne sont plus seulement sujets d’étude mais de véritables acteurs impliqués à la fois dans la réalisation des images et le choix du contenu.
L’essai de Clément Chéroux recontextualise cet ensemble dans l’histoire de la photographie et des albums de famille. Celui de Johanne Lindskog examine quant à lui la démarche à la fois artistique et ethnographique du photographe.

Informations pratiques

Horaires d'ouverture :

  • Mardi au vendredi de 10h à 17h30
  • Samedi et dimanche de 10h à 19h
  • Nocturne le mercredi jusqu'à 21h du 23 mai au 22 août
    (sauf le 20 juin)

Tarif unique sur place : 6 €.
Ce tarif inclut le droit d’entrée à l’exposition permanente et aux expositions temporaires du Musée.
L'entrée est gratuite pour les moins de 26 ans et pour tous le premier dimanche de chaque mois.

Acheter mon billet en ligne

Réservations pour les groupes :
reservation@palais-portedoree.fr

Pour les plus jeunes :

Télécharger le livret-jeu
À partir de 9 ans.

Image
carte_monde_tsiganes_paris-momes
© Paris Mômes

Réalisé par les équipes de Paris-Mômes

Au programme

  • Tout public