Vous êtes ici

Village de Diouncoulane, région de Kayes, 1994

Un immigré malien, de retour de chez lui lit à sa mère, restée au village, une lettre de sa femme.

Un immigré malien, de retour de chez lui lit à sa mère, restée au village, une lettre de sa femme. Village de Diouncoulane, région de Kayes, 1994 © Patrick Zachmann/Magnum Photos/Musée national de l’histoire et des cultures de l’immigration

Un immigré malien, de retour de chez lui lit à sa mère, restée au village, une lettre de sa femme. Village de Diouncoulane, région de Kayes, 1994 © Patrick Zachmann/Magnum Photos/Musée national de l’histoire et des cultures de l’immigration


Collection du musée


Cette photographie est issue d’un travail de Patrick Zachmann sur des familles maliennes installées à Evry et originaires de la région de Kayes au Mali. En faisant l’aller et retour entre les deux lieux, le photographe a voulu témoigner des relations entre ici et là-bas.
Son travail à Kayes, en noir et blanc, souligne les complexités et les chocs identitaires qui peuvent naître de la rencontre entre les deux mondes. Les photos montrent également comment l’immigration malienne a contribué au développement local. Depuis les années 1990, les associations de Maliens immigrés en France sont, en effet, les principaux acteurs de la construction d’infrastructures dans certaines régions du Mali : puits, écoles, centres de santé, sont ainsi construis grâce à l’argent que ces associations parviennent à récolter.
 


Haut de page