Vous êtes ici

Le roman algérien et les “identités meurtrières”


Par
Mustapha Harzoune Journaliste
Rubrique
Article de dossier/point sur

Les romanciers algériens d’expression française se sont d’emblée situés au coeur d’une l’histoire faite de violences, de passions et d’identités meurtries. Depuis plus d’un demi-siècle, cette littérature produit des oeuvres dont la nature puise aux sources d’origines multiples.

De Mouloud Feraoun à Abdelkaber Djemaï, de Kateb Yacine à Mustapha Bendofil s’affirme une force critique, sans concessions, qui n’en finit pas d’interroger les sociétés algérienne et française, les liens entre les peuples et les identités en recomposition. La littérature est algérienne. Sa portée est universelle.

Article issu de

France - Algérie, le renouveau

N°1298 juillet-août 2012

Haut de page