Permanences et mutations de l'immigration turque en France


Par
Stéphane De Tapia Géographe, directeur de recherche au CNRS, chargé de cours au Département d’Études turques de l’Université de Strasbourg, chercheur associé à MIGRINTER (Poitiers), chargé de mission auprès de l’Inspection générale de l’Éducation nationale pour le turc
Rubrique
Article de dossier/point sur

En France, les immigrés originaires de Turquie et leurs descendants font le double pari de l’insertion économique et du maintien d’une forte cohésion communautaire. Française par le sol, cette population veut rester turque par le cœur. Cet entre-deux est-il viable ? Pour répondre, il faut replonger dans les racines de l’identité turque. Se souvenir que la République d’Atatürk a conservé de l’Empire ottoman sa diversité ethnique, confessionnelle, linguistique et culturelle. Si dans l’Hexagone la transmission de la langue turque reste l’élément le plus évident de l’identité collective, il n’en demeure pas moins le plus fragile. De quoi démasquer bon nombre d’idées reçues.

Article issu de

Les Turcs en France : quels ancrages ?

Permanence et mutations récentes

N°1280 juillet-août 2009