Vous êtes ici

La Retirada. Le Perthus, à la frontière franco-espagnole

Photographie de David Seymour

David Seymour, La Retirada. Le Perthus, à la frontière franco-espagnole, février 1939 © Musée national de l'histoire et des cultures de l'immigration

David Seymour, La Retirada. Le Perthus, à la frontière franco-espagnole, février 1939 © Musée national de l'histoire et des cultures de l'immigration


Collection du musée

David Seymour est né à Varsovie en 1911. Il est mort à Suez en 1956.


En pleine guerre d’Espagne, David Seymour rend compte par ses photographies de l’exode massif des réfugiés espagnols en 1939.

La guerre d’Espagne provoque le départ de plusieurs vagues de réfugiés vers la France, de 1937, lors de la conquête du pays Basque par les troupes du général Franco, jusqu’en 1939 après la chute de Barcelone qui sonne le glas de trois années de guerre civile. En quinze jours, un exode sans précédent voit un demi million de personnes – 200 000 combattants républicains et 300 000 civils – franchir dans des conditions terribles la frontière des Pyrénées où rien n’est prévu pour les accueillir. Les soldats sont désarmés, internés dans des camps de fortune sur les plages d’Argelès, du Barcarès, de Saint-Cyprien, puis à Gurs dans la montagne Pyrénéenne. Les femmes et les enfants sont répartis dans des centres d’hébergements improvisés à travers toute la France.
Le photographe saisit ici le moment du passage de la frontière de soldats républicains et de civils espagnols entourés de gardes mobiles.

David Seymour est né à Varsovie en 1911. Après des études de graphisme en Allemagne puis de chimie de l’encre d’imprimerie à Paris, il travaille comme photographe indépendant pour la presse à Paris sous le nom de Chim. Dès 1934, ses images paraissent dans le journal Paris-Soir et dans le magazine Regards. Grâce à l’agence Alliance et à Maria Eisner, il rencontre Henri Cartier-Bresson et Robert Capa. Il part ensuite en Espagne couvrir la guerre civile puis au Mexique avec un groupe d’émigrés républicains pour le compte de Paris-Match. Lorsque la Seconde Guerre Mondiale éclate, il s’installe à New York. En 1947, il co-fonde l’agence Magnum avec Robert Capa, Henri Cartier-Bresson, George Roger et William Vandivert. Après la mort de Robert Capa en 1954, il devient président de Magnum. Il meurt le 10 novembre 1956, lors d’un reportage sur la crise du canal de Suez.
 


Haut de page