Que représente l'immigration économique aujourd'hui en France ?

Asile, famille, travail : les trois principaux motifs d’immigration

La France compte plus de deux cents titres de séjour autorisant des étrangers à entrer régulièrement sur son territoire. Mais on note trois motifs principaux d'immigration : le motif familial, l'asile politique et le motif du travail. Le motif familial est le plus important (plus des deux tiers des entrants). Une partie des immigrés entrés pour des raisons familiales travailleront en France, mais ils ne seront pas comptabilisés comme immigrants économiques. Quant aux demandeurs d'asile, ils n'auront l'autorisation d'exercer un emploi salarié que lorsqu'ils obtiendront le statut de réfugié.

Les différents types d’immigration économique

Environs de Nîmes, route de Saint-Gilles, travailleurs marocains et espagnols dans les vergers. 1981. Photographie de Jacques Windenberger © Musée national de l'histoire et des cultures de l'immigration

Environs de Nîmes, route de Saint-Gilles, travailleurs marocains et espagnols dans les vergers. 1981. Photographie de Jacques Windenberger © Musée national de l'histoire et des cultures de l'immigration

Les étrangers autorisés à séjourner en France pour motifs économiques sont essentiellement des travailleurs saisonniers, des bénéficiaires d'une autorisation provisoire de travail et des travailleurs permanents :

- Les travailleurs saisonniers dont le contrat de travail est inférieur à six mois, étaient plus de 16 242 en 2005. 97 % d'entre eux travaillaient dans le secteur agricole.

- Les bénéficiaires d'une autorisation provisoire de travail (APT) étaient 10 405 en 2005, principalement employés (32 %) dans le secteur de l'éducation (assistants et professeurs du secondaire, enseignants-chercheurs) ; 18 % en entreprise et 15 % dans les services sociaux et de la santé.

Chaîne de montage, usine Renault de Flins 1975 © Berretty/Rapho/Eyedea

Chaîne de montage, usine Renault de Flins 1975 © Berretty/Rapho/Eyedea

- Les travailleurs permanents bénéficiant d'un contrat à durée indéterminée connaissent une augmentation, passant de 6 740 en 2004 à 8 556 en 2005, mais ils sont le plus souvent régularisés que de nouveaux salariés. La proportion de cadres et d'ingénieurs est en progression, de 40 % en 2004 à 45 % en 2005. Quant au nombre d'ouvriers et d'employés qualifiés, leur proportion se stabilise autour de 42 %. Un tiers de ces travailleurs est originaire du continent africain ; la part des travailleurs européens est en hausse, atteignant 30 % en 2005, plus d'un sur deux étant Polonais.

- La loi de 2006 sur l'immigration a créé une nouvelle catégorie de travailleurs étrangers sous le titre « compétences et talents » concernant des personnes hautement qualifiées.

Sources : Haut Conseil à l’intégration, Rapport statistique 2005 de l’Observatoire statistique de l’immigration et de l’intégration, janvier 2007, www.hci.gouv.fr.