Vous êtes ici

Mother Tongue de Zineb Sedira

Mother Tongue, 2002. Installation vidéo. © Musée national de l'histoire et des cultures de l'immigration, CNHI, Zineb Sedira, Courtesy galerie, Kamel Mennour, Paris

Mother Tongue, 2002. Installation vidéo. © Musée national de l'histoire et des cultures de l'immigration, CNHI, Zineb Sedira, Courtesy galerie, Kamel Mennour, Paris


Installation vidéo.

Zineb Sedira est née en France en 1963. Elle vit et travaille en Angleterre


Cette installation vidéo est composée de trois films de 5 minutes projetés sur trois écrans. Zineb Sedira met en scène trois conversations entre trois femmes d’une même famille, la mère, la fille et la grand-mère, qui s’expriment dans des langues différentes, en l’occurrence la langue maternelle de chacune. Par le biais de la langue, elle aborde la question de la pluriculturalité et celle de la transmission et de la perte d’identité.

Zineb Sedira est née en France en 1963 de parents algériens. En 1986 elle part faire des études en Angleterre et s’y installe. Cette œuvre la met en scène ainsi que sa fille et sa mère.
Le dispositif est constitué de trois écrans présentant chacun un dialogue entre deux des trois femmes. Le tout forme un triptyque vidéo, qui donne à voir, à travers différentes générations, la transmission orale de la mémoire familiale.
Sur le premier écran, l’artiste (à droite) pose à sa mère des questions en français sur son enfance et sa scolarité. Sa mère répond en arabe, et l’intercompréhension est parfaite.
L’écran central présente, lui, une situation de communication similaire où la fille de l’artiste (à droite) interroge sa mère sur son enfance. Elle parle à sa mère en anglais (qui est la langue du pays où elle grandit) et la mère lui répond en français. A nouveau, les deux personnages dialoguent, chacun parlant la langue dans laquelle il lui est naturel de s’exprimer.
Sur l’écran de droite, la petite fille et la grand-mère sont face à face : la communication verbale s’est perdue dans un échange silencieux et gêné de sourires et de regards. L’une et l’autre prononcent respectivement quelques mots en anglais ou en arabe, mais sans se comprendre. Elles regardent toute les deux en direction de la caméra, à la recherche d’un interprète.

La signification de l’œuvre ne repose pas seulement sur les mots eux-mêmes et le contenu du discours mais davantage sur les modes de communications.
A travers l’usage des langues, ce travail donne à voir la pluralité  des identités qui constituent un individu. La, ou les, langues parlées et/ou comprises renvoie(nt) à la biographie de l’individu, à ses migrations ou à celles de ses parents. Zineb Sedira a évolué entre la langue de sa famille, celle de l’école (en France), puis celle de sa vie en Grande Bretagne. Si le triple langage de l’artiste témoigne de la diversité et de la richesse de son identité, les migrations ont aussi créées des différences culturelles qui rompent le discours entre la grand-mère et la petite fille.
 


Haut de page