Vous êtes ici

Octobre 1989 « L’affaire du foulard »

Hommes et Migrations, n°1129-1130, janvier-février 1990

Collection du musée

Donateur/prêteur : Collection de la médiathèque Abdelmalek Sayad


1989, c’est l’année où la France s’enflamme autour de "l’affaire du foulard" suite au refus de deux élèves marocaines de retirer leur foulard islamique dans les murs de leur établissement scolaire à Creil. C’est la question de la laïcité qui est de nouveau posée en lien avec l’intégration de l’islam dans le modèle politique républicain. En octobre et novembre 1989, diverses associations, dont SOS Racisme, et diverses personnalités médiatiques se prononcent sur la sanction appliquée à l’égard des jeunes filles. Cette affaire aboutit en 1994 à la circulaire dite "Bayrou" qui réglemente au cas par cas le port des signes religieux à l’école.

A la fin des années 1980, l’immigration et l’islam cristallisent les discours sur l’intégration et la laïcité. Le renvoi de trois jeunes filles voilées d’un lycée d’Aubervilliers en 1989 relance le débat autour des questions d’intégration et de racisme déjà véhiculé par la Marche pour l’égalité et contre le racisme. Cette "affaire" prend de l’ampleur dans les médias notamment parce qu’elle remet en cause les principes laïques de l’école de la République. Certains associent cet événement à une attaque de la laïcité, alors que d’autres considèrent que la laïcité n’est pas un dogme et qu’elle devrait être l’expression, dans la tolérance, des convictions de chaque individu.

Dessin de Plantu, Le Monde, 30 août 2002 © Musée national de l'histoire et des cultures de l'immigration, CNHI

Dessin de Plantu, Le Monde, 30 août 2002 © Musée national de l'histoire et des cultures de l'immigration, CNHI

Le comité de rédaction d’Hommes et Migrations aborde ces débats qui divisent la société française. Cependant, il ne désire pas tomber dans le piège de l’analyse fiévreuse de l’"affaire du foulard". Le double numéro "Laïcité – Diversité. Par delà les foulards" est publié en février-mars 1990 au moment où la surenchère médiatique commence à s’apaiser. La laïcité, envisagée pour la première fois par Hommes et Migrations, devient par la suite un objet de réflexion régulier, prouvant l’importance du débat dans les médias et dans la société française. L’intérêt du dossier de 1990 est de présenter les différents points de vue qui se sont affrontés pendant l’hiver 1989.

Ces événements invitent à faire le bilan des politiques d’éducation et d’intégration par l’école des enfants immigrés entamées depuis 1981. De manière plus générale, des questionnements naissent autour de la mémoire coloniale de la France, qui empêcherait l’intégration effective des populations issues du continent africain et entrainerait une hausse de leur marginalisation sociale. Surtout, cette affaire fait apparaître de nouveaux questionnements dans la société française : dorénavant la place de "l’Islam en France", ou "l’Islam de France" canalise la fièvre xénophobe. L’identité française se situe au cœur des débats sociétaux.

Clotilde Barral
 


En savoir plus

Télécharger les articles :
  • Hommes et Migrations, n°1129-1130, janvier-février 1990 (l'article sera bientôt disponible en téléchargement)
En savoir plus :

A l’occasion du jubilé de la revue Hommes & Migrations, le Musée national de l’histoire de l’immigration présente les archives de la revue à travers 15 dates marquantes de cette histoire (accéder à la chronologie).

Haut de page