Vous êtes ici

Asile, antisémitisme, solidarité :

la construction de l’étranger dans les relations franco-allemandes dans les années 1930 et 1940


Par
Anne Klein Chargée de cours, université de Cologne
Rubrique
Article de dossier/point sur

Dans la France d’avant la Seconde Guerre mondiale, le statut des étrangers hésite entre protection des réfugiés et stigmatisation des “indésirables”. Sous la pression d’un discours sécuritaire nationaliste et antisémite, la IIIe République réduit les droits des étrangers jusqu’à les priver de statut légal et crée une administration répressive. Le régime de Vichy met en place la collaboration et les lois raciales de septembre 1940, et soutiendra la déportation des Juifs. L’oppression totalitaire oblige alors une frange de la population française à résister, à réinventer la coexistence avec l’Autre et à rétablir une fraternité bafouée envers les étrangers.

Article issu de

France - Allemagne

Politiques d'immigration et identités nationales

N°1277 janvier-février 2009

Haut de page