Vous êtes ici

Donner un nom aux victimes de la Méditerranée


Par
Catherine Guilyardi Journaliste.
Rubrique
Champs libres : livres

Deux livres et un documentaire proposent de revenir sur l’initiative lancée après le naufrage qui a causé la mort de près de 1 000 personnes, le 18 avril 2015, pour redonner une identité – et leur dignité – aux migrants qui traversent la Méditerranée et permettre à leur famille de faire leur deuil.

« À 23h20, le capitaine donne l’ordre d’arrêter les moteurs et appelle l’ensemble de son équipage sur le pont pour procéder au sauvetage. C’est alors que le chalutier, désormais à quelques centaines de mètres, vire soudain à bâbord et accélère, se dirigeant droit vers le King Jacob. Le choc est brutal. » La journaliste Taina Tervonen raconte, dans son livre Au pays des disparus, comment, le 18 avril 2015, un petit chalutier bleu coule, emporté par le poids de ses presque 1 000 passagers. 28 personnes survivront parmi celles embarquées quelques jours plus tôt en sur une plage de Libye. Le capitaine et son second sont aujourd’hui en prison en Italie.

Article issu de

Les réfugiés dans l'impasse

Refuge, portfolio de Bruno Fert

N°1328 janvier-mars 2020


Haut de page