Et si la musique ne faisait pas qu’adoucir les mœurs ?


Par
Mustapha Harzoune Journaliste.
Rubrique
Champs libres : kiosque

L’exposition Paris-Londres. Music Migrations montre que, depuis les années 1960 et jusqu’à la fin de la décennie 1980, « de multiples courants musicaux liés aux flux migratoires ont transformé Paris et Londres en capitales multiculturelles ». Musiques, poésies, héritages artistico-culturels, traditions et modernités mêlées, aspirations communautaires, identités en mouvement, tectonique des peuples et des villes travaillées par les mouvements migratoires et cet incroyable patrimoine artistique trimballé dans les notes et les rythmes de ces poètes et artistes aux semelles de swing et d’harmonique. Dans cette actualité muséale, il y en a un qui tombe à pic : Mohamed Mazouni, lequel coule aujourd’hui des jours tranquilles dans la ville aux roses.

Article issu de

Londres et ses migrations

Portfolio : les affiches Cavaniol entrent au Musée

N°1326 juillet-septembre 2019