Géographie et intersectionnalité des actes antimusulmans en région parisienne


Par
Kawtar Najib Postdoctorante Marie-Curie en géographie, université de Newcastle.
Rubrique
Article de dossier/point sur

L’analyse socio-spatiale des discriminations touchant les populations musulmanes ou présumées comme telles dans la région parisienne se fonde sur deux perspectives complémentaires : la géographie et les discriminations croisées. Ainsi, les femmes voilées apparaissent comme les victimes majoritaires de l’islamophobie, selon une étude qui se fonde sur l’analyse d’une seule source de données disponibles, relativement récentes (2015), collectées par le Collectif contre l’islamophobie en France. D’après cette analyse, les violences physiques et symboliques que subissent les musulmans suivraient une distribution spatiale inattendue: Paris est le département d’Île-de-France le plus touché par les actes antimusulmans. Ces derniers auraient lieu au coeur de la ville, pas forcément dans les quartiers de résidence des populations qui en sont la cible. Cet article est un premier jalon d’une analyse comparée en cours sur Paris et Londres.

Article issu de

Religion et discrimination

Portfolio : Persona grata au Mac Val

N°1324 janvier-mars 2019