The Hunter

Film iranien de Rafi Pitts


Rubrique
Chronique cinéma

Sous la férule de Mahmoud Ahmadinejad et de ses acolytes, le cinéma iranien connaît des heures noires. Tout le monde a ressenti l’outrage devant la récente condamnation de Jafar Panahi et Mohammad Rasoulof, réalisateurs renommés (Hors jeu, 2006, ou Le Cercle, 2001, pour le premier, La Vie sur l’eau, 2005, ou La Parabole, 2008, pour le second). Vingt ans d’interdiction de tourner, autant dire contraints à mettre un terme à leur carrière. On se souvient de la chaise vide dévolue à l’un d’entre eux, pressenti comme juré au festival de Cannes ou de Berlin et dénonçant à la face du monde entier les manquements aux droits de l’homme et à la liberté d’expression commis en Iran.

Article issu de

Travailleurs sociaux et migrations

Connaître pour mieux intervenir

N°1290 mars-avril 2011