Les femmes du 6e étage

Film français de Philippe Le Guay


Rubrique
Chronique cinéma

Au début des années soixante, la France des beaux quartiers apprécie la main-d’œuvre féminine. Les bonnes espagnoles ont la réputation d’être de bonnes chrétiennes, sans qualification mais travailleuses et gaies. Elles sont célibataires, même si des maris, des fiancés ou des enfants les attendent au village. Elles “se placent” sur recommandation (parenté, même origine villageoise, satisfaction d’une ancienne patronne...).

Article issu de

Travailleurs sociaux et migrations

Connaître pour mieux intervenir

N°1290 mars-avril 2011