Les migrations intra-européennes d'hier à aujourd'hui


Par
Hadrien Dubucs Espace Nature et Culture (ENec), maître de conférences en géographie, université Paris-Sorbonne et Stéphane Mourlane maître de conférences en histoire contemporaine, Aix-Marseille Université-CNRS, TELEMMe
Rubrique
Article de dossier/point sur

Du « Brexit » à la crise des réfugiés en passant par les échanges internationaux étudiants et la mise en place de l’espace Schengen, l’histoire récente de la construction européenne jusque dans ses séquences les plus actuelles est intimement liée à la question des migrations. Celle-ci ponctue régulièrement l’actualité, scande l’agenda politique, marque les opinions et tend aujourd’hui trop souvent à associer l’Europe des migrations aux seules présence et circulation de migrants originaires de pays tiers à l’intérieur de l’espace européen. Or l’Europe
des mobilités internationales est aussi celle des « citoyens européens mobiles », c’est-à-dire des ressortissants d’un pays européen résidant de manière stable dans un pays de l’Union européenne autre que leur État d’origine. Elles concernent moins de 3 % de la population européenne et sont moins nombreuses et surtout moins visibles que les migrations en provenance des pays extra-européens.

Article issu de

L'Europe en mouvement

N°1317-18 (double) avril-septembre 2017