Neutralité d’entreprise versus non-discrimination des travailleurs

La France et la Belgique partagent-elles la même foi ?


Par
Léopold Vanbellingen Chercheur doctorant à la Chaire de droit des religions de l’UC-Louvain.
Rubrique
Article de dossier/point sur

Dans le domaine de la gestion des discriminations pour motif de religion dans l’entreprise, la mobilisation de la notion de neutralité est tout… sauf neutre. Formalisée en langage juridique par des règlements, des chartes et autres contrats de travail, la neutralité convictionnelle représente un outil mobilisé par l’entreprise pour formaliser sa politique à l’égard de ses salariés comme de ses clients. Cependant, son application indifférenciée est sujette à caution. En France comme en Belgique, une série d’affaires judiciaires permet de comprendre le fonctionnement du recours à la neutralité religieuse au sein de l’entreprise et ses conséquences vis-à-vis de la liberté religieuse des salariés et de la lutte contre les discriminations.Dans le domaine de la gestion des discriminations pour motif de religion dans l’entreprise, la mobilisation de la notion de neutralité est tout… sauf neutre. Formalisée en langage juridique par des règlements, des chartes et autres contrats de travail, la neutralité convictionnelle représente un outil mobilisé par l’entreprise pour formaliser sa politique à l’égard de ses salariés comme de ses clients. Cependant, son application indifférenciée est sujette à caution. En France comme en Belgique, une série d’affaires judiciaires permet de comprendre le fonctionnement du recours à la neutralité religieuse au sein de l’entreprise et ses conséquences vis-à-vis de la liberté religieuse des salariés et de la lutte contre les discriminations.

Article issu de

Religion et discrimination

Portfolio : Persona grata au Mac Val

N°1324 janvier-mars 2019