Paris-Londres : chronologie politique d'une histoire des migrations à travers la musique


Par
Angéline Escafré-Dublet Maître de conférences en science politique à l'université Lumière-Lyon-2
Rubrique
Article de dossier/point sur

Paris et Londres sont aujourd’hui deux métro-poles internationales dont l’identité est étroitement liée à la diversité. Londres, la ville-monde, avec plus de 170 nationalités représentées, comptait 37 % de personnes nées hors du Royaume-Uni en 2011 (soit 3 des 8 millions d’habitants de la métropole). Paris, véri-table creuset qui accueillit des vagues migratoires successives, notamment aux XIXe et XXe siècles, des Français de l’intérieur aux étrangers du monde entier, comptait 20 % d’habitants nés hors de France en 2018 (18,4 % pour l’ensemble de l’Île-de-France), contre 8,9 % dans le reste du pays.
En outre, Paris et Londres ont pour point commun d’avoir vu augmenter la part coloniale de leurs flux migratoires après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ainsi, à la fin des années 1960, on compte 276 033 immigrés des pays nouvellement indé-pendants pour Londres (soit 3,7 % de la population totale) et 178 750 Algériens pour Paris (soit 2,2 % de la population totale).

Article issu de

Paris-Londres

L'art de la constestation

N°1325 avril-juin 2019