Vous êtes ici

Réalités sociologiques et politiques des exilés chiliens en France


Par
Nicolas Prognon Docteur et chercheur spécialiste de l’histoire de l’Amérique latine (GRHI-Framespa, UTM)
Rubrique
Article de dossier/point sur

Si l’accueil des Chiliens s’est fait dans des conditions très favorables en France dès 1973, leur intégration n’a pas été aisée. En cause, notamment, le syndrome d’un exil qui se voulait temporaire, la difficulté à trouver de nouveaux repères tant que les réfugiés gardaient les yeux tournés vers leur pays d’origine. Le choix individuel des migrants parmi les statuts qui leur étaient proposés, réfugié, étudiant ou travailleur immigré, a déterminé pour une grande part les modalités de leur socialité en devenir.

Article issu de

L'exil chilien en France

N°1305 Janvier-février-mars 2014

Haut de page