Soigner, Porte de la Chapelle, les exilés de la rue


Par
Chloé Tisserand Doctorante en sociologie, laboratoire CERIES, université de Lille 3, fellow à l'Institut convergences migrations (ICM)
Rubrique
Article de dossier/point sur

La situation sanitaire et sociale Porte de La Chapelle empire de jour en jour durant l’été 2018. Après la fermeture du Centre de Premier accueil géré par Emmaüs Solidarité en avril 2018, le collectif Solidarité Migrants Wilson a annoncé la suspension de ses distributions de petits déjeuners le 30 juillet dernier pour dénoncer le climat délétère entretenu par la politique migratoire actuelle. Avec son cabinet médical ambulant, Médecins du Monde poursuit ses consultations, essayant de panser les maux générés par le voyage et le refus de l’accueil dont souffrent les exilés. La situation est encore plus critique qu'en décembre 2017 au moment où cette observation a été réalisée.

Article issu de

Persona grata

Expériences migratoires et territoires

N°1323 octobre-décembre 2018