Nedjma Kacimi, lauréate du Prix littéraire de la Porte Dorée 2022

Le Prix littéraire de la Porte Dorée 2022 a été attribué samedi 21 mai 2022 à Nedjma Kamici pour Sensible, aux éditions Cambourakis

Le Prix littéraire de la Porte Dorée récompense chaque année une œuvre écrite en français ayant pour thème l’exil, l’immigration, les identités plurielles ou l’altérité liée aux réalités migratoires.

« Les jurés et moi-même avons tous été impressionnés autant que troublés et séduits par la langue à la fois rageuse, furibonde et poétique de Nedjma Kacimi. Ce qu’elle nous dit, ce que, même, elle nous lance à la figure, avec la jouissance fulminante de celle qui sait, qui pense, tant elle a réfléchi à son sujet, ne pas se tromper, se trouve non pas contrebalancé mais éclairé, sublimé, par un style magnifique. Il y a quelque chose d’implacable dans l’argumentation de Nedjma Kacimi, dans sa volonté de "mettre tout à plat" et d’en finir avec les bonnes manières, la politesse blessée de celle qu’on renvoie toujours aux lieux communs de ses prétendues origines. Elle en a assez de répondre gentiment à des questions sottes et humiliantes, assez de se justifier, assez d’essayer de correspondre aux images attendues d’elle en tant que "femme issue de l’immigration". »
- Marie Ndiaye, Présidente du jury.

Le roman : Sensible

Image
couverture du livre de Nedjma Kacimi - Sensible

Comment se sentir intégré dans un pays où l’on est pourtant né lorsqu’on est sans cesse renvoyé à une origine autre parce que plus visible ? Près de soixante ans après l’indépendance de l’Algérie, Nedjma Kacimi revient sur sa prise de conscience tardive des discriminations dont elle a été l’objet pour mettre en perspective une histoire souvent biaisée et donner voix à nombre de récits parallèles méconnus venant disloquer cette version officielle oppressante. Nedjma Kacimi dissèque avec vigueur les contradictions d’une France encore arc-boutée à des stéréotypes qu’il est urgent de faire voler en éclats pour laisser sa place à une jeunesse diverse et créative trop souvent opprimée.

Du rapport de Benjamin Stora sur la colonisation et la guerre d’Algérie à L’Étranger de Camus en passant par la Coupe du Monde 98, l’autrice s’empare de références littéraires et de culture populaire pour nous livrer une autopsie méticuleuse des maux de la société française et des débats actuels sur l’identité nationale.

Un texte qui agit comme une « chirurgie réparatrice ». À la fois incisif, il ébranle, corrige, déconstruit et reconstruit tout en faisant évoluer les regards.

Ni un roman, ni un essai, Sensible, est un uppercut. Une lecture éclairante et nécessaire qu’il est urgent de mettre entre toutes les mains !

La lauréate : Nedjma Kacimi

Image
Nedjma Kacimi
© Cerino

Nedjma Kacimi est née en Algérie en 1969 de mère française et de père algérien.

Après une enfance passée dans l’Ain, elle suit des études de philosophie à Paris. Titulaire d’un double master en Littérature française et philosophie, elle a vécu et travaillé en Inde, au Mozambique et au Mali avant de s’installer à Zurich, en Suisse, où elle vit encore aujourd’hui avec son époux et leurs quatre enfants.

Sensible est son premier livre.

"Je remercie de tout mon cœur le jury pour le Prix de la Porte Dorée que je m’empresse de dédier à la jeunesse, cette jeunesse sensible et fragilisée par des vents mauvais. Cette semaine encore, trois jeunes hommes ont été brutalisés. Sensible est une consolation écrite pour la jeunesse. Qu’elle y puise la patience et le courage d’endurer les difficultés. Sensible, c’est une lettre d’amour. Ça parait mièvre dit comme ça, sauf à se rappeler que de sensible à splendide, il n’y a qu’un pas. Merci infiniment d'en avoir saisi l'urgence."
- Nedjma Kacimi

La sélection 2022

Près de soixante-dix ouvrages ont été lus et débattus en 2021 et début 2022 par le comité de lecture du Palais. Parmi eux, sept ont été retenus au terme d’échanges nourris. Autant de dispositifs narratifs, qui, tirant les fils de l’histoire, coloniale et dé-coloniale, des héritages familiaux, des questionnements identitaires, des aventures et destins individuels ou collectifs, tissent ensemble un récit commun, une histoire partagée.
La sélection de cette 12e édition comprenait 7 autres titres choisis par le comité de lecture interne du Palais.

Voir la présentation de la sélection.

Le jury du Prix littéraire 2022

  • Marie Ndiaye, présidente du jury 2022
    Femme de lettres, lauréate du Prix Femina en 2001 pour Rosie Carpe et du Prix Goncourt en 2009 pour Trois Femmes puissantes.
  • Véronique Chatenay-Dolto
    Administratrice générale du Ministère de la culture, ancienne DRAC d’Île-de-France.
  • Blandine Fauré
    Programmatrice littéraire et coordinatrice du festival Effractions -BPI.
  • Cloé Korman
    Autrice (Les Hommes-Couleurs, 2009 – Prix lu Livre Inter, Tu ressembles à une Juive, 2020)
  • Gladys Marivat
    Critique littéraire (Le Monde des livres, le Magazine Lire et le podcast « le book club » crée par Louie media)
  • Alexis Nouss
    Professeur en littérature générale et comparée à l’Université d’Aix-Marseille, titulaire de la chaire Exil et Migration à la FMSH / Collège des Études Mondiales.
  • Sébastien Zaegler
    Délégué général de l’association Bibliothèques en Seine-Saint-Denis et du festival Hors-Limites.
  • Maïssa Oufkir
    élève de première au Lycée Arago (Paris)
  • Eugène Belova
    élève de seconde au Lycée Paul Valéry (Paris)

Les précédents prix

Le Prix littéraire de la Porte Dorée a été créé en 2010 pour récompenser une œuvre de fiction écrite en français ayant pour thème l’exil, l’immigration, les identités plurielles ou l’altérité liée aux réalités migratoires. Il est doté de 4 000 euros. En 11 ans, il a distingué les romans d’Alice Zeniter (Jusque dans nos bras, Albin Michel), Michaël Ferrier (Sympathie pour le fantôme, Gallimard), Henri Lopes (Une enfant de Poto-Poto, Gallimard), Mathias Enard (Rue des voleurs, Actes Sud), Julien Delmaire (Georgia, Grasset), Sylvain Prudhomme (Les grands, Gallimard), Doan Bui (Le silence de mon père, Albin Michel), Négar Djavadi (Désorientale, Liana Levi), Mohamed Mbougar Sarr (Silence du chœur, Présence africaine), Omar Benlaâla (Tu n’habiteras jamais Paris, Flammarion), Mehdi Charef (Rue des pâquerettes, Hors d’atteinte) et Hadrien Bels (Cinq dans tes yeux, Iconoclaste).