Approches politiques et sociales des productions musicales de l’immigration et des quartiers populaires des années 1960-1990


Par
Naïma Yahi Chercheure associée, Urmis, Université de Nice-Sophia Antipolis
Rubrique
Au musée : chantiers de la recherche

De la fin de la colonisation jusqu’à l’avènement des politiques de rénovation urbaine au tournant des années 1990, la musique et la chanson de variété sont omniprésentes au sein des mouvements sociaux portés, entre autres, par les travailleurs immigrés des Trente Glorieuses. De la nostalgie à la contestation, ces musiques engagées vont progressivement cristalliser les revendications de la génération d’artistes beur portée par le succès de la Marche pour l’égalité et contre le racisme en 1983. Une revue de la littérature spécialisée permet d’approcher cet angle mort de l’histoire de la musique en France.

Article issu de

Paris-Londres

L'art de la constestation

N°1325 avril-juin 2019