Black Beauty

Jeux de frontières, mises en scène de soi et cosmopolitisme par le bas à Paris et Berlin


Rubrique
Article de dossier/point sur

S’intéresser à la consommation de cosmétiques des femmes noires et métissées à Paris et à Berlin, c’est plonger au coeur de deux sociétés et de deux histoires migratoires, coloniales et postcoloniales. C’est s’interroger sur la présence (ou non) de modèles de beauté « de couleur » dans les médias nationaux, sur la disponibilité (ou non) d’une offre commerciale dédiée à cette beauté qui aurait pignon sur rue. En contrepoint, l’étude des pratiques du quotidien des femmes concernées permet d’analyser leurs mises en récit de soi. Aussi, la black beauty n’en finit-elle pas de bousculer les marchés pour affirmer sa place dans la ville et pour lutter contre les catégorisations sociales dont elle fait l’objet.

Article issu de

Au prisme de la consommation

N°1320 janvier-mars 2018