"C’est écrit sur ton visage"

La construction identitaire des Chinois de la deuxième génération en Hongrie dans un contexte de "nationalisme à distance"


Par
Fanny Beck doctorante en anthropologie, Eötvös Loránd University, Social Sciences Department
Rubrique
Article de dossier/point sur

Les descendants de Chinois nés à l’étranger, comme ici en Hongrie, représentent un défi idéologique et culturel pour les autorités de la République populaire de Chine qui tentent d’éveiller chez eux l’attachement pour le pays de leurs parents. Camps de vacances, concours de beauté, les initiatives se multiplient pour valoriser leurs racines chinoises. Cette façon de nourrir à distance le nationalisme de cette jeunesse transnationale se heurte à des identités hybrides qui se construisent entre plusieurs territoires où elles ont à négocier leur reconnaissance et leur place.

Article issu de

Migrations chinoises et générations

N°1314 avril-juin 2016