Le lien diasporique à l’épreuve de la transformation des rituels chez les immigrés diola en Europe


Par
Mariame Bodian docteure en sociologie, Sciences de l’homme, du politique et du territoire (Grenoble)
Rubrique
Article de dossier/point sur

Les liens symboliques avec la terre d’origine sont soumis à de nombreux risques de déliaison en situation migratoire. Le recours au rituel constitue l’un des moyens de pallier l’oubli de la terre d’origine en mettant en scène sa mémoire dans l’environnement diasporique. Parmi eux, les Diola, peuples d’Afrique de l’Ouest, les migrants en Europe adaptent leurs rituels pour maintenir leur sentiment d’appartenance au village natal qui, malgré la distance, constitue leur principal référent identitaire.

Article issu de

Ce qui s'oublie et ce qui reste

Dossier : Diasporas africaines et créativité

N°1332 janvier-mars 2021