Les migrations italiennes dans la France contemporaine

Les nouveaux visages d'une mobilité européenne historique


Par
Hadrien Dubucs université Paris-Sorbonne, Thomas Pfirsch UMR Géographie-Cités, université de Valenciennes, Ettore Recchi Sciences Po, Observatoire sociologique du changement, CNRS, Camille Schmoll Géographie-Cités, Institut universitaire de France, université Paris Diderot
Rubrique
Article de dossier/point sur

Comme d’autres pays européens, la France connaît depuis une vingtaine d’années une reprise de l’immigration italienne qui demeure encore mal connue. Statistiques et enquêtes de terrain permettent de montrer les différences de ce nouveau flux avec les anciennes vagues migratoires italiennes : des effectifs plus faibles, des parcours plus métropolitains et une part importante des jeunes actifs qualifiés. Plus que la crise économique et la recherche d’un travail, la mobilité des jeunes diplômés
de la classe moyenne répond à des blocages structurels de leur société d’origine, incapable de renouvellement générationnel. Elle est révélatrice des formes migratoires émergentes d’une nouvelle génération d’Européens mobiles.
 

Article issu de

L'Europe en mouvement

N°1317-18 (double) avril-septembre 2017