Pays d’Afrique & chant griotique


Par
Rubrique
Article de dossier/point sur

Falmarès est un jeune poète guinéen, né en 2001 à Conakry et actuellement lycéen à Nantes. En 2015, âgé de 14 ans, il quitte la Guinée après la disparition de sa mère et d’autres événements familiaux douloureux. Après avoir traversé le Mali, il travaille six mois sur un chantier en Algérie à Alger et à Blida. Au lieu de le payer, son patron le confie à des inconnus pour l’envoyer en Libye. Sur place, il passe trois mois à Gabraltar. Victime de violences physiques et psychiques, il finit par embarquer sur un zodiac de 7 mètres où sont entassées 180 personnes direction l’Italie.
Arrivé en Italie, dans le camp pour « migrants » de Bolzano, il commence à écrire ses premiers vers en français. Au départ, il écrit non par passion mais pour « trouver le sommeil », il écrit la nuit et se relit ses propres poèmes pour s’endormir.

Il rejoint la France en passant par Paris, puis Nantes. Rapidement, il se rend dans les bibliothèques, encontre le poète Michel L’Hostis et participe à des rencontres littéraires. Très vite, il est publié dans trois revues de poésie.
C’est à Vannes, le soir de la fête de la musique de 2018, qu’il rencontre Joëlle et Armel Mandart des éditions Les mandarines. En novembre 2018, à l’âge de 16 ans, il publie Soulagements, son premier recueil de poèmes (éd. Les mandarines). Falmarès est alors souvent sollicité pour raconter son histoire et lire ses poèmes. Deux ans plus tard, à 18 ans, il publie Soulagements 2, son deuxième recueil de poésie qui a un très bon écho dans la presse locale et nationale. Ensuite, il rencontre et se lie l’amitié avec Joseph Ponthus, auteur du roman À la ligne. Feuillets d’usine aux éditions de La Table ronde.

En 2020, Falmarès est nommé Ambassadeur de la paix entre France et Suisse. Son troisième recueil devrait être publié au cours de l’année 2021.

Article issu de

L'enfance en exil

Dossier : jeunes en exil

N°1333 avril-juin 2021