Un allié précieux : l'art dans les mouvements immigrés à Paris et à Londres (1958-1978)


Rubrique
Article de dossier/point sur

Un carnaval reggae dans les rues de Londres, un festival de théâtre en région parisienne, des concerts rock entre Paris et Londres contre le racisme et les violences policières dont sont victimes les populations immigrées… Au tournant des années 1960, les militants et les créateurs font de leur art l’instrument d’une vive dénonciation des conditions de vie déplorables que subissent les immigrés caribéens et maghrébins à Londres et à Paris. De Notting Hill à Ménilmontant, les immigrés affirment sans détour leur présence culturelle et leur visibilité dans l’espace public, bien avant que les autorités des deux pays se soient saisies de la diversité de leur population comme d’un atout.

Article issu de

Paris-Londres

L'art de la constestation

N°1325 avril-juin 2019