Dupont Lajoie, portrait-type du raciste sur les écrans


Par
Yvan Gastaut historien, maître de conférences, Unité de recherches Migrations et société (Urmis), Université Côte d’Azur, membre du comité de rédaction de la revue Hommes & Migrations.
Rubrique
Article de dossier/point sur

Sorti en salle en 1973, Dupont Lajoie, long-métrage d’Yves Boisset, représente un archétype du raciste au début des années 1970. En la personne de Georges Lajoie, cafetier parisien en vacances, Jean Carmet incarne le racisme ordinaire, banalisé, décomplexé au point de se traduire en actes.

Article issu de

1973, l'année intense

Portfolio : les luttes s'affichent !

N°1330 juillet-septembre 2020