Vous êtes ici

Immigrés de force, les travailleurs indochinois en France (1939-1952)


Rubrique
Mémoire

“Alors que l’utilisation par le gouvernement japonais pendant la Seconde Guerre mondiale de travailleurs forcés coréens et chinois fait l’objet d’une interpellation internationale [...] le sort [des] travailleurs vietnamiens utilisés en France à la même époque demeure un angle aveugle de la conscience contemporaine”, écrit l’historien Gilles Manceron. Préfaçant l’ouvrage de Pierre Daum, qui remet au jour cet épisode méconnu, il précise qu’“il ne s’agit pas de ‘repentance’, mais de la reconnaissance des réalités historiques”. En fait, de l’automne 1939 au printemps 1940, comme leurs 50 000 compatriotes durant la Grande Guerre, 19 362 Indochinois sont littéralement prélevés de leurs terres d’Asie pour servir l’effort de guerre de la France. Travailleurs soldats, ils sont répartis en 5 légions formant 73 compagnies de 10 groupes de 25. Ils sont placés sous la tutelle de la Main-d’œuvre indigène du ministère du Travail, dans une coopération enchevêtrée avec les ministères des Colonies et de la Défense nationale.

Article issu de

L'Afrique en mouvement

Un autre regard

N°1279 mai-juin 2009

Haut de page