Le dernier vol

Film français de Karim Dridi


Rubrique
Chronique cinéma

Ah ! la belle et pathétique aventure ! Il n’y manque pas un grain de sable ni un poil de chameau. Pas un baiser ni une larme. Pas un méchant Touareg en embuscade ni un valeureux goumier prêt à faire parler la poudre. On est dans les années trente, autour d’un bivouac colonial français et dans l’adaptation d’un roman de Sylvain Estibal : Le dernier vol de Lancaster (Actes Sud, 2003). On est aussi au cœur de l’inhospitalier et sublime Ténéré où les tempêtes menacent. On devine, prête à se déchaîner, la rivalité entre le militaire de carrière (“mon capitaine” Vincent Brousseau – Frédéric Epard), psycho-rigide sous sa jugulaire, et le lieutenant Antoine Chaumet (le beau Guillaume Canet), militaire d’occasion, irrésistible dans ses révoltes.

Article issu de

Cuisines et dépendances

Echanges culinaires et gastronomiques

N°1283 janvier-fevrier 2010