Vous êtes ici

Le réseau Traces fête son vingtième anniversaire


Par
Abdellatif Chaouite Rédacteur en chef de la revue Écarts d’identité, membre du conseil d’administration de Traces et Philippe Hanus Historien, coordinateur de l’ethnopôle « Migrations, frontières, mémoires » au Centre du patrimoine arménien (CPA) de Valence, membre du conseil d’administration de Trace
Rubrique
Champs libres : initiatives

« Donc une trace peut s’effacer. Ça appartient à sa structure. Ça peut se perdre. D’ailleurs c’est pour ça qu’on veut les garder, parce qu’elles peuvent se perdre. » Jacques Derrida

Se pencher, vingt ans après, sur une œuvre collective portant sur un « travail de mémoire[1] » des migrations qui ont contribué à faire la région Auvergne-Rhône-Alpes, de surcroît d’acteurs différents et aux pratiques différentes, c’est vouloir faire mémoire de ce « travail de mémoire », faire œuvre de cette œuvre. Ce qui est à l’heure actuelle une gageure ! Nous nous contenterons donc ici, et pour marquer ce vingtième anniversaire de Traces, d’évoquer quelques temps-forts de son aventure, de manière forcément lacunaire, histoire justement de susciter des vocations pour des recherches à venir[2].

 

[1] Paul Ricoeur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000.

[2] Abdellatif Chaouite, Marina Chauliac, Philippe Hanus et Sarah Mekdjian, « La Biennale Traces en Auvergne-Rhône-Alpes », in Hommes & Migrations, n° 1316, 2017, pp. 151-162.

Article issu de

1973, l'année intense

Portfolio : les luttes s'affichent !

N°1330 juillet-septembre 2020


Haut de page