Vous êtes ici

Les glossaires de la bureaucratie française

Entretien avec Barbara Cassin


Par
Claire Extramania Délégation générale à la langue française et aux langues de France.
Rubrique
Champs libres : entretien

Claire Extramiana : Pouvez-vous nous en dire plus sur la genèse des « glossaires de la bureaucratie française » ? D’où vient l’idée de ce projet visant à dévoiler autant qu’à expliquer les risques d’incompréhension entre l’agent public français et l’étranger à son arrivée en France ?

Barbara Cassin : Nous avons commencé à travailler en 2012 avec nos collègues africains sur les « intraduisibles du patrimoine en Afrique subsaharienne ». Les exercices de traduction en langues d’Afrique de tous ces mots et expressions (« exceptionnel », « universel », « intégrité », « authenticité », « identité », « valeur universelle exceptionnelle », « paysage culturel ») qui conditionnent la reconnaissance internationale d’un bien patrimonial par l’Unesco ont attiré notre attention sur l’importance des effets induits par la différence des langues. Qu’en est-il quand il s’agit de transposer ces mots, avalisés dans le discours onusien, aux situations et aux problématiques africaines ? Passer d’une langue à l’autre, c’est passer d’une vision du monde à une autre, c’est fabriquer des passerelles pour contourner les intraduisibles qui résistent, voire entravent le passage, c’est aussi faire l’expérience d’une dé-territorialisation.

Il nous a semblé évident que les langues de la bureaucratie n’échappent pas à cette réalité. Elles expriment les valeurs fondatrices de la culture française ; leur évolution ou leur changement traduit les soubresauts sociaux et politiques qui traversent la société française. Et c’est sans doute pour cette raison que les mots qui jalonnent les formulaires des administrations françaises sont les premiers qui renvoient les nouveaux arrivants, dès leur arrivée sur le sol français, à leur « étrangeté », et les fonctionnaires qui les accueillent au vertige souvent insécurisant de différences culturelles auxquelles ils ne sont pas préparés.

Article issu de

Migrations et création littéraire

Portfolio : l'immigration à travers la bande dessinée

N°1329 avril-juin 2020


Haut de page