Malgaches et Africains à Bourbon: la Réunion à l'époque de l'esclavage


Par
Albert Jauze Docteur en histoire moderne, université de La Réunion
Rubrique
Article hors dossier

Si l’île Bourbon est française depuis 1663, ce n’est qu’à partir de 1717 que l’on voit un intérêt économique dans cette île. La culture des épices et du café y est alors développée, ainsi que la traite. Les esclaves sont dans leur grande majorité originaires de Madagascar et de la côte Est de l’Afrique et, comme dans les Antilles, on élabore un Code noir local. Si l’on sait qu’il y a eu du marronnage, il y a très peu d’éléments sur la vie des esclaves et des Noirs de l’île, en général. À tel point que l’on a pu parler, à propos de leur parcours, d’“histoire du silence”.

Article issu de

Minorités et migrations en Bulgarie

Hors dossier : l'interculturalité sur l'Île de la Réunion

N°1275 septembre-octobre 2008