Vous êtes ici

Saisir, transcrire, traduire des récits de vie de migrantes hispanophones


Par
Delphine Leroy Doctorante en sciences de l’éducation et anthropologie, Centre de recherche universitaire Expérience, ressources culturelles, éducation (Experice), université Paris-VIII/et anthropologie de l’écriture, EHESS
Rubrique
Article de dossier/point sur

La transcription des récits de vie des migrants pose à l’anthropologue de multiples défis. Il est difficile de rendre lisible un parcours personnel sans trahir la texture, souvent opaque, de son expression. La traduction oscille sans cesse entre le respect de la parole recueillie et la trahison toujours possible dans le passage de l’oral à l'écrit. Au-delà du choix des mots, il s’agit pour le chercheur d’établir un équilibre fragile entre sa propre subjectivité face au récit et sa fonction de passeur.

Article issu de

Ecrire la migration

N°1306 avril-mai-juin 2014

Haut de page